LITTEXIL, premier salon consacré aux littératures de l’exil et des migrations, organisé par la Chaire « Exil et migrations » en partenariat avec le Musée de l’Histoire de l’Immigration, s’est tenu le dimanche 11 décembre dernier sur la Péniche Antipode à Paris.

 

 

 

Les esprits gentiment facétieux eurent tôt fait de remarquer l’à-propos d’une embarcation pour accueillir la manifestation, compte tenu de la situation migratoire actuelle.

Au demeurant, les migrants d’aujourd’hui furent directement évoquées lors de l’intervention de deux responsables d’associations aux migrants, « Ptit Dej à Flandre » (https://www.facebook.com/ptitdejaflandre) à Paris et « AGIR » (www.collectifagir.com) dans la région PACA.

Sur le sujet, en effet, la littérature ne pouvait se contenter de dépaysement et d’exotisme. On l’entendit clairement lors des deux tables rondes (« Migrations/ lorsque les sciences humaines prennent les chemins de la création » et « Dire l’exil au féminin : les pouvoirs de la littérature ») dont les échanges mirent au jour l’impératif pour tout geste artistique en rapport de refléter l’opacité du vécu migratoire et non de rendre compte d’une quelconque véracité dolente trop facilement oubliée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *