Les trois pendules

Les trois pendulesecran-varietes

Sur une étagère, trois pendules dont deux sont de facture banale et l’une reproduit la silhouette architecturale d’une mosquée. L’image provient du film Avec le frère de mon père mort de Mélodie Tabita (France, 2016) et est prise dans le petit appartement de l’oncle de la réalisatrice qui a accepté de la guider dans un voyage-pèlerinage sur la terre marocaine où naquit son père.

Les trois pendules affichent la même heure que je suppose correspondre au moment du tournage. D’où une interrogation sur leur utilité, sauf une possible fonction affective à laquelle le spectateur n’a pas accès. Trois rapports au temps, ai-je d’emblée pensé. Pour être précis, trois objets au rôle allégorique : représenter respectivement le passé, le présent et le futur. Mais, dans ce cas-là, pourquoi la même heure ? Vague souvenir philosophique : parce que seul le présent pouvant créer un sens du passé et du futur, il les contient donc. Banal. Il me faudra une idée plus convaincante.

Le film de Mélodie Tabita passait le 26 novembre au Cinéma « Les Variétés » à Marseille dans le cadre du festival « Rencontres internationales Sciences et cinémas », organisé par l’association Polly Maggoo (voir : https://pollymaggoo.org/sciences-et-cinema/). Il était projeté avec deux autres documentaires qui le suivirent –  Figura de Katarzyna Gondek (Pologne/Belgique, 2015) et Ils me laissent l’exil – les objets de Laetitia Tura (France, 2016) – au sein d’une session intitulée « Des objets et des hommes » (voir le descriptif ci-dessous).

Invité à prendre la parole au titre de mon travail sur exil et migrations, j’esquissai l’idée d’une trame commune aux trois œuvres sous la forme d’une réflexion sur les territoires en déplacement. La migration nous apprendrait à accepter que la territorialité ne soit pas statique et que sa mobilité soit une donnée inhérente à notre présence au monde. Plus encore que des individus, ce sont des territoires (culturels, linguistiques, psychiques…) qui se déplacent dans la migration et c’est cet aspect qui est insupportable aux intolérants de tous bords. L’analyse s’impose en regardant les images que Laetitia Tura consacre à l’enregistrement des objets (une casquette, une Renault miniature,…) offerts à la « Galerie des dons » du Musée de l’histoire de l’immigration. Son film détaille la technicité autour de la réception des objets qu’apportent les familles désireuses de témoigner du parcours exilique d’un de leurs membres. Répertoriés, manipulés avec des gants blancs, placés dans des cartons puis sur les étagères d’une réserve, ces objets n’errent pas dans un quelconque non-lieu mais au contraire sont reçus dans un hyper-lieu fortement circonscrit et signalisé. Plus exactement, le territoire, du vivant, qu’ils représentent par métonymie est accueilli dans un autre territoire, celui du musée.

Le deuxième film projeté narre l’itinéraire d’une statue de 14 mètres de haut du Pape Jean-Paul II, montée dans un hangar puis transportée dans une campagne polonaise. Tout en blanc, y compris le visage souriant, en habits sacerdotaux, les bras écartés, il ne cesse de bénir ou d’embrasser, sous le soleil ou sous la neige. De là me vint une seconde ligne de réflexion, axée sur la dimension temporelle et non plus spatiale. La figure papale, symbolique et géante, est figée dans un présent qui n’a de valeur que par rapport au passé. Le temps sacré des religions : un événement fondateur a eu lieu qui a ouvert une brèche créant une temporalité autre, parallèle au temps profane, dans laquelle le croyant peut se réfugier ou se recueillir.

Il en est de même pour le migrant. Son présent ne parvient pas à l’ancrer. Il n’existe que d’être l’après d’un avant. Une maison sert à la permanente reconduction d’un présent, à sa garantie, à sa sécurité, à l’accueil du passé et à la préparation du futur. Pour le migrant, sans maison, le présent ne peut déployer ses ailes et voler du passé au futur. Il importe d’apporter aux exilés qui parviennent sur nos rives des présents, temporaires, fugitifs, précaires mais des présents qui leur permettent de regarder leur passé et non d’y être soumis et d’apercevoir un futur qui ne soit pas que pur fantasme. Un migrant du film de Laetitia Tura tient entre ses doigts une carte-mémoire : son contenu est effacé et pourtant elle semble fonder son identité, lui assurer un présent.

Et les trois pendules peuvent aussi se comprendre dans cette perspective. L’oncle de Mélodie Tabita, lourd d’un passé blessé par l’aller-retour de son frère, désormais enterré au Maroc, lâche soudain à sa nièce : « C’est l’enfer ». Personnage d’une extraordinaire présence à l’écran, il n’est plus simple guide, il devient Virgile. Par cette parole terrible, il entend  exprimer sa détresse devant l’écart qui la sépare, elle la Française, des siens au Maroc, de cette coupure familiale que la coupure des langues vient symboliser. Les trois pendules, marquant l’heure en harmonie, auraient alors pour rôle de conjurer l’enfer, de réparer les césures du temps en en recousant la trame.

Un savoir de type scientifique sur la migration ? Le festival « Rencontres internationales Sciences et cinémas » 2016, réunissant ces trois films en une même session, a su montrer qu’il n’en est rien et que la seule appréhension du phénomène exilique passe par une posture d’indétermination ou d’indécision dont l’œuvre artistique nous apprend qu’elle possède une rigueur si on sait en faire un usage interprétatif. Qu’importe que les pendules soient à l’heure tant qu’elles indiquent la même heure.

Alexis Nuselovici (Nouss)

 

Avec le frère de mon père mort de Mélodie Tabita France, documentaire, 2016, 48’

Je suis partie au Maroc, sol de mon père mort pour voir l’endroit où il est né. J’ai filmé pas à pas cette route, ce douloureux face à face avec ce pays, ces gens, cette famille si proche et si lointaine. C’est en cherchant à regarder ce qui m’était étranger comme si ça m’était familier et ce qui m’était familier comme si ça m’était étranger que j’ai pu tenir et tenir le cadre.

Figura de Katarzyna Gondek Pologne/Belgique, documentaire, 2015, 8’51

Conte surréel sur la création des mythologies, du kitsch religieux, et sur le désir de grandeur. Qui est notre protagoniste ? La plus grande miniature religieuse du monde. Une gigantesque contradiction.

Ils me laissent l’exil – les objets de Lætitia Tura France, documentaire, 2016, 28’39

Une carte mémoire, un imperméable, une voiture miniature, un béret : objets sauvés de la traversée des frontières, objets donnés ou oubliés. C’est aussi dans ces fragiles traces qu’une transmission de la mémoire de l’exil est possible. ” Ils me laissent l’exil ” raconte ce passage de l’objet familial en possible objet patrimonial. Car l’enjeu est bien de faire une pleine place dans le récit national aux mémoires minorisées, reléguées dans l’arrière-cour de l’Histoire.


Une réflexion au sujet de « Les trois pendules »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *