La Chaire

La chaire « Exil et migrations » est hébergée au Collège d’études mondiales, FMSH (Paris), depuis septembre 2016. Son titulaire est Alexis Nuselovici (Nouss).

Les travaux du programme de recherche « Non-lieux de l’exil », fondé en 2011 par Alexandra Galitzine-Loumpet et Alexis Nuselovici (Nouss), se poursuivent dorénavant en parallèle dans le cadre des activités de l’équipe « NON-LIEUX DE L’EXIL » dirigée par Alexandra Galitzine-Loumpet depuis janvier 2016 en partenariat avec plusieurs institutions, programmes et réseaux, et dans le cadre de la présente chaire.

Un migrant migrait parce qu’il voulait vivre mieux. Il migre aujourd’hui parce qu’il veut tout simplement vivre. Il fuit la guerre, la famine, la persécution, la misère, le chômage, la désertification, la dévastation nucléaire. Si les causes sont diverses, elles concourent à donner aux migrations contemporaines une ampleur et une nature inédite.

L’Europe évoque une crise migratoire devant ses graves difficultés à gérer une situation devenue plus que problématique. Crise, alors, au sens étymologique, d’un tournant, d’une rupture dans l’histoire des migrations qui accompagne l’histoire de l’humanité depuis ses débuts et dans laquelle s’inscrivent encore les mouvements du dernier tiers du XXe siècle. Ce qui oblige alors le savoir sur les migrations à un changement paradigmatique dont le symbole serait l’adoption de l’exil comme catégorie englobant toutes les mobilités contemporaines, quel que soit leur degré de contrainte, mais avec une priorité accordée au déplacement forcé car il sollicite plus urgemment la recherche, fondamentale et appliquée.  Interroger le rapport entre l’expérience individuelle de l’exilé et le phénomène collectif de la migration dessine la visée majeure de la chaire.

Le processus migratoire de la dernière décennie que le nouveau paradigme nommera « exil de masse contemporain » échappe à une approche monodisciplinaire par sa critériologie complexe. La variété des causes de la migration actuelle et leur convergence appellent l’élaboration d’une épistémologie conçue au carrefour des méthodologies. À cette fin, les études exiliques définissant les travaux de la chaire mobilisent dans une volonté transdisciplinaire l’ensemble des sciences humaines et sociales, voire même d’autres disciplines telles que la médecine (« la santé et la migration ») ou l’ingénierie (« les transports et la migration »). Travailler sur l’exil et la migration trouve sa légitimité renforcée par la résonance des thèmes traités avec les prémisses de débats majeurs des sociétés occidentales : citoyenneté, ethnicité, laïcité, xénophobie, droits de l’homme.

Les travaux de la chaire sont menés en collaboration avec le champ associatif et solidaire ainsi qu’avec le milieu artistique, rapprochant données empiriques et représentations de l’expérience exilique et des phénomènes migratoires.

A. N.

Recherches sur la condition de l'exilé et les migrations contemporaines