Archives de catégorie : Actualités

« Que fait-on de l’étranger, aujourd’hui? » – 27 juin, 15h-17h30

« Que fait-on de l’étranger, aujourd’hui? » –

Mardi 27 juin,  15h – 17h30

54 Boulevard Raspail

75006 Paris

Forum, 1er étage

« Étranger : celui qui est né sous une autre domination et dans un autre pays que le pays dans lequel il se trouve »
– Diderot et D’Alembert, L’Encyclopédie

Pour cette séance organisée par la chaire « Exil et migration » avec la chaire « Global South(s) »,  » étranger  » est à prendre dans sa signification concrète comme dans son emploi notionnel.
Nous voudrions d’une part analyser les règles administratives et politiques qui gèrent aujourd’hui en France et en Europe le traitement des non-citoyens et, d’autre part, étudier les usages du terme dans les configurations discursives actuelles relatives à la migration et à la nationalité.
Les deux aspects sont évidemment liés et ce sont leurs articulations qu’il importera de mettre à jour.

Avec
Valérie DESHOULIÈRES, Directrice de la Villa Europa, Sarrebruck.
Augustin GIOVANNONI, philosophe.
Nadia Yala KISUKIDI, philosophe.
Alexis NUSELOVICI (NOUSS), Titulaire de la chaire « Exil et migrations », Collège d’études mondiales.
Françoise VERGÈS, Titulaire de la chaire « Global South(s) », Collège d’études mondiales.


« Grotesque », autoportrait de Chaïm Soutine, (1922-1923), © Musée d’art moderne de la Ville de Paris.

La ville migrante

Séminaire de la chaire « Exil et migrations »

Lundi 29 mai, 18h à 20h

Salle Conseil A
54 boulevard Raspail
75006 Paris

Avec Christophe Laurens et Pascale Cognet

LA VILLE MIGRANTE

Quelle qu’en soit l’origine et la légitimité, le terme de jungle est venu véhiculer sur les campements de migrants des images et des idées de désordre et de sauvagerie. Or, l’observation montre qu’il n’en est rien et qu’à l’exemple d’autres phénomènes d’habitat marginal – les favellas, par exemple – un autre type d’urbanisation originale y émerge et organise le quotidien. A l’oeuvre dans les campements comme dans les quartiers urbains investís par les exilés.

Les migrants habitent dans les villes comme un animal dans son habitat. Ils n’ont pas de « chez eux » sans davantage être « chez nous ». Comment font-ils alors leur résidence – sans qu’elle ne soit demeure – dans la ville ? Et comment la ville les héberge-t-elle ?

Les migrants inventent de nouvelles urbanités qui constituent la silhouette d’une ville migrante.

A.N.

Christophe Laurens est architecte, paysagiste, enseignant en arts appliqués et co-fondateur du master Alternatives urbaines de Vitry/Seine. Il s’intéresse particulièrement à la fabrication des territoires urbains, aux pratiques habitantes et à tous les efforts d’imagination politiques ou artistiques qui prennent au sérieux les infinies conséquences du réchauffement climatique en cours. Membre du comité de rédaction de la revue Entropia, revue d’étude théorique et politique de la décroissance (2006/2015), et membre de l’Institut Momentum.

Pascale Cognet est diplômée en développement économique et social (IEDES Paris I) et en espagnol (Université Paris IV). Elle a exercé en tant que professeure en lycée pendant trente ans à l’Ile de la Réunion et a siégé sur le comité d’expertise pour donneurs d’organes vivants de l’Agence de Biomédecine pour la Région Réunion. Depuis son retour en France, elle travaille comme traductrice et a intégré le Théâtre  Aleph, théâtre chilien en exil à Ivry-sur-Seine. Elle a rejoint le collectif P’tit déj à Flandres (Paris 19ème)  depuis novembre 2016, avec un intérêt particulier pour le sort des mineurs isolés exilés en France.

 

By Dietmar Rabich – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=56563563

Anne Queffélec en concert de soutien à SOS MEDITERRANEE

Le 08/03/2017 de 19:00 à 21:00
51 Rue Jorge Semprùn, Paris 75012

Internationalement reconnue comme l’une des plus remarquables pianistes de sa génération, Anne Queffélec exerce un rayonnement exceptionnel sur la vie musicale. Fille et sœur d’écrivains, elle-même passionnée de littérature, c’est vers la musique qu’elle se tourne dès son plus jeune âge. Plébiscitée dans le monde entier, elle est l’invitée des plus grandes formations orchestrales.
Au programme : Bach , Haendel , Mozart.

RESERVATIONS INDISPENSABLES / ATTENTION PLACES LIMITEES :
Participation libre sous forme de don (déductible d’impôts)
par mail : resa.idf@sosmediterranee.org
par téléphone : 01 83 64 79 31
Ouverture au public : 19h
Concert : 20h

ROUND #6 – L’expérience de l’exil. Organisé par l’EHESS et le BAL, le Jeudi 2 février

Dans leur volonté de décloisonner les disciplines et d’inventer un nouveau format d’échanges, le bal et l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS) s’associent pour un cycle de « rounds ».
Chaque round invite, au cœur même de l’exposition du bal, un artiste et un chercheur en sciences sociales à interroger l’image comme lieu et enjeu d’interactions multiples.

europahd_0

Comment comprendre et représenter l’exil contemporain ? L’image, par sa capacité à représenter ce qui n’est plus là, à rendre présent ce qui est absent, a-t-elle une affinité particulière avec l’expérience de l’exil ? Quel rôle jouent la mémoire collective et la relation à l’histoire dans la constitution de cette expérience ? L’expérience contemporaine de l’exil, malgré ses spécificités, est-elle universelle ?

À l’occasion de ROUND #6 – L’expérience de l’exil, au sein de l’exposition Stéphane Duroy – Again and Again, Alexis Nouss, Professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, titulaire de la Chaire « Exil et migrations » de la Fondation maison des sciences de l’homme – FMSH, et le photographe Arno Gisinger réfléchissent ensemble à la représentation d’un exil contemporain, marqué par l’histoire du vingtième siècle.

Modération : Sylvain Bourmeau, journaliste, producteur de La Suite dans les idées sur France Culture et professeur associé à l’EHESS.

Arno Gisinger est photographe. Il travaille, dans le registre de la photographie documentaire, les relations entre histoire, mémoire et représentation. À travers ses projets, il propose une lecture contemporaine des formes et figures de l’histoire et porte un intérêt particulier à l’œuvre et la biographie de Walter Benjamin dans ses années d’exil. Il a publié en 2009 l’ouvrage Konstellation, Walter Benjamin en exil.

Alexis Nuselovici (Nouss) est Professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, Directeur du Groupe « Transpositions », Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (Laboratoire EA4235), titulaire de la Chaire « Exil et migrations », Collège d’études mondiales (FMSH). Son dernier ouvrage est La condition de l’exilé, aux Editions de la Maison des sciences de l’homme.

INFOS PRATIQUES

Réservation obligatoire / Jauge limitée
Renseignements : poret@le-bal.fr
Tarif unique : 6 euros

« Ça coûte combien, un migrant ? »

Chaire EXIL ET MIGRATIONS

Séminaire mensuel

 

picasso-le-mendiant-ou-le-vieux-juif-1903

Lundi 30 janvier, 18h-20h

Le France, 190 Avenue de France, 75013 Paris

Salle du conseil B

Xavier Chojnicki, économiste, Université de Lille 3

« Ça coûte combien, un migrant ? »

Il est couramment admis dans le débat que la France ferait face à une véritable pression migratoire, que l’immigration constituerait une cause des pressions à la baisse sur les salaires des français, que les immigrés déroberaient l’emploi des français et qu’ils profiteraient massivement de notre protection sociale généreuse. Et pourtant, face à ces a priori, l’immigration est loin d’être évaluée par les économistes comme un fardeau pour les économies d’accueil. L’ambition de cette conférence est de rendre accessible et discuter les résultats des travaux des économistes sur chacune de ces assertions.

X.C.

Programmation du premier trimestre 2017

Chaire EXIL ET MIGRATIONS

Séminaire

Programmation du premier trimestre 2017

 

Lundi 30 janvier, 18h-20h

Le France, 190 Avenue de France, 75013 Paris

Xavier Chojnicki, économiste, Université de Lille 3

« Ça coûte combien, un migrant ? »

Il est couramment admis dans le débat que la France ferait face à une véritable pression migratoire, que l’immigration constituerait une cause des pressions à la baisse sur les salaires des français, que les immigrés déroberaient l’emploi des français et qu’ils profiteraient massivement de notre protection sociale généreuse. Et pourtant, face à ces a priori, l’immigration est loin d’être évaluée par les économistes comme un fardeau pour les économies d’accueil. L’ambition de cette conférence est de rendre accessible et discuter les résultats des travaux des économistes sur chacune de ces assertions.

X.C.

 

Mardi 14 février, 18h

Fondation Calouste Gulbenkian, 39 Boulevard de La Tour-Maubourg, 75007 Paris

Alexis Nuselovici (Nouss)

« L’exil et la migration aujourd’hui. Rupture ou continuité ? »

Conférence inaugurale de la Chaire « Exil et migrations »

 

Lundi 27 mars, 18h-20h

Le France, 190 Avenue de France, 75013 Paris

« Sauver les migrants, est-ce de l’humanitaire ? »

Table ronde autour de l’action de SOS Méditerranée

Peut-on dire que l’intervention auprès des migrants, avec pour cas d’étude leur sauvetage en mer tel que pratiqué par SOS Méditerranée, relève de l’humanitaire, quelle qu’en soit la définition (juridique, philosophique ou militante) ? Certes, il s’agit d’une action dont les motifs dépassent le politique pour se nourrir de l’éthique mais elle ne revendique pas un droit d’ingérence territoriale puisqu’elle est effectuée dans les eaux internationales et, en outre, elle vise tous les migrants, sans distinction d’appartenance nationale ou ethnique. La table ronde réunira responsables de l’association SOS Méditerranée et chercheurs spécialistes de la question de l’humanitaire.

A.N.

cropped-14542555_1737668809817598_938547076059910864_o.jpg

LITTEXIL

LITTEXIL
Première édition
Dimanche 11 décembre 2016, 14h – 18h
Péniche Antipode, Paris

LITTEXIL est un salon annuel consacré aux littératures de l’exil et de la migration, organisé par la Chaire « Exil et migration » du Collège d’études mondiales de la Fondation Maison des sciences de l’homme en partenariat avec le Musée de l’histoire de l’immigration.

Parce que, de l’Ulysse d’Homère à celui de Joyce, l’histoire de la littérature ne cesse de raconter l’exil ; parce que, depuis Ovide, Dante et Victor Hugo, l’histoire de la littérature est peuplée d’auteurs exilés ; parce que les migrants d’aujourd’hui doivent produire des récits afin d’obtenir refuge et des témoignages afin d’exister, il importe de dédier un espace consacré à l’expression littéraire comme dispositif autre d’appréhension et de compréhension des mouvements migratoires.
A. N.

La manifestation est constituée de deux volets :
o Une exposition d’ouvrages littéraires liés aux thèmes de l’exil et de la migration, offrant des séances de signature, de 14h a 18h.

o Une succession de deux tables rondes :


15h à 16h
Migrations : Lorsque les sciences humaines prennent les chemins de la création. Avec Michel Agier (anthropologue), Tacadit Yacine (anthropologue), Jérémy Beschon (metteur en scène), Laetitia Tura (réalisatrice). Modération : Marie Poinsot.

17h à 18h
Dire l’exil au féminin: les pouvoirs de la littérature. Avec Luba Jurgenson (Au lieu du péril), Patrick Bard (Poussières d’exil), Ana Paula Coutinho (U. de Porto). Modération : Alexis Nouss.

Affiche LITTEXIL (1)

L’exil et ses ressources. Une discussion entre Moyen Age et époque contemporaine

img_0114

L’exil et ses ressources. Une discussion entre Moyen Age et époque contemporaine

IHA, Paris, 1er décembre 2016

www.dhi-paris.fr

Loin de cette période à la culture monolithique dont les siècles suivants ont dressé un portrait, le Moyen Age affiche une forte complexité dont précisément les siècles porteurs de la modernité se sont éloignés par une rationalisation croissante. Notre présent retrouve un foisonnement idéologique qu’il est sans doute commode de baptiser post-modernisme. Une telle considération vient justifier l’idée a la base de l’atelier qui s’est tenu le 1er décembre à Paris à l’Institut historique allemand à l’initiative d’un groupe de recherche du Kunsthistorisches Institut de Florence et auquel la Chaire « Exil et migrations » était conviée : comparer les deux époques quant a la question de l’exil en invitant a débattre médiévistes et contemporanéistes.

Outre les apports spécifiques des différents débats, j’en ai tiré deux conclusions majeures. La première – une confirmation – touche a la force subversive de la notion d’exil sur le plan épistémologique. Avec évidence pour la période moderne, poser la question de l’exil oblige à redéfinir tout le cadre conceptuel dans lequel la question est posée (territoire, nation, appartenance, etc.), raison pour laquelle les politiques actuelles d’accueil des migrants, fondées sur des principes obsolètes, s’avèrent inefficaces. Il en est de même pour le Moyen Age.

La seconde prend sa valeur dans le cadre des pratiques d’accompagnement des migrants aujourd’hui, celles et ceux provenant d’Afrique. L’ensemble des croyances, des conceptions et des représentations qui façonnent leur rapport au monde, ce qu’on peut appeler un paysage mental, révèle de profondes divergences avec les visions du monde occidentales. Un exemple, crucial pour ce qui nous occupe : la conception de la spatialité. Interroger un paysage mental tel qu’il a pu se développer au Moyen Age et dont les paramètres ne sont plus reconduits suscite un exercice de déplacement, d’extériorisation, d’ « estrangement » qui permet de comprendre et d’admettre la coexistence de systèmes de penser et de sentir différents.

J’ai aussi recueilli une information lexicale savoureuse, et même craquante : en Italie, les spécialistes de Dante sont appelés des « dantistes ».

 

A. N.

Plus d’analyses sur l’atelier à venir.

img_0123 img_0133