Dessine-moi un migrant – Alexis Nuselovici

Première séance du séminaire de la chaire « Exil et migrations » d’Alexis Nuselovici (Nouss), le lundi 10 octobre, à 18h (salle du Conseil A).

Le petit prince demandait à l’aviateur de lui dessiner un mouton en sachant ce qu’il espérait voir. Les opinions publiques européennes voudraient des migrants qu’ils ressemblent à ce qu’elles imaginent mais les arrivants déjouent leurs attentes. Et leurs gouvernements, comme l’aviateur, sont en panne. Pour cause de guerre ou de misère, pour des raisons politiques, économiques, voire environnementales, des étrangers veulent venir vivre en Europe. Un migrant migrait parce qu’il voulait vivre mieux, il migre aujourd’hui parce qu’il veut tout simplement vivre. Or, un migrant est d’abord un exilé, c’est-à-dire un sujet, un acteur politique et social et il doit être traité ainsi. Un migrant expérimente la condition de l’exilé, l’ « exiliance », qui est une des déclinaisons de la condition humaine. Comprendre l’exilé afin de mieux préparer sa migration – comprendre la migration afin de mieux accueillir l’exilé. Devant cette difficile tâche, il nous faudrait un peu de la sagesse du petit prince, l’exilé absolu.