La chose échouée et l’Atopie rouge

 

Éliane Chiron

La chose échouée et l’Atopie rouge

objetflottant

Une chair d’animal dépouillé de sa peau : voilà ce que l’Atlantique pousse au rivage ; on croit deviner, blottis les uns contre les autres, comme effrayés, ici des poumons ayant cessé de respirer mais que l’air ferait encore flotter, là d’improbables organes gonflés, foie, estomac, viscères. Ça ne fait pas un corps, mais une chose innommable qui vient s’échouer à mes pieds. Le temps d’une photo, et le reflux emporte au large ce que je n’ai su identifier, auquel s’ajoute un instant, comme se retournant vers moi, un masque avalé par un remous. La chair et l’eau mêlées sont du même gris, irisées d’acier comme une lame qui m’enfonce cette vision dans le corps.

Il est sept heures du matin en janvier sur cette plage sauvage de Sainte-Marie au nord-est de la Martinique. Pas une plage de carte postale comme au sud, côté Caraïbe. Je ne suis pas là par hasard mais dans un lieu hanté par la poésie et la littérature nées de l’esclavage, des sévices, de la mort, de la révolte ; dans ce nord battu par l’Atlantique, où s’abattent les pluies, au pied de la Montagne Pelée dont l’éruption en 1902 détruisit Saint-Pierre. Dans ce nord-est où je suis sont nés deux grands poètes, Édouard Glissant à Sainte-Marie, Aimé Césaire à Basse-Pointe. Je prépare un colloque et une exposition dans le Centre d’art de Fonds Saint-Jacques, l’ancienne sucrerie du Père Labat, sur la commune de Sainte-Marie. Tout près de là son merveilleux cimetière tout blanc.

Dans la purgerie de la sucrerie, j’exposerai deux images numériques de trois mètres de haut, symétriques, nommées Atopies rouges, pendues à la charpente, réalisées à partir d’une photo de moi enfant riant en train de grimper à une corde attachée à un arbre. En haut de chaque panneau, il y aura, disposée ciel en bas, la plage vendéenne de Luzéronde. Puis comme allant de soi avec cette enfant, dans le bas de l’image, j’intègrerai la photo du cadavre échoué sur le rivage martiniquais. Nulle trace du trouble éprouvé sur la plage dans ces images qui se balanceront au gré des courants d’air. Travaillés à l’ordinateur, mer et sable mouillé muteront en étoffe d’apparat, somptueuse, la chose échouée lovée dans la soie pourpre de son secret, dont la petite fille, au-dessus, se délivre joyeusement sous nos yeux.

atopie-rouge

Mais quel secret ? J’ai pu penser que le morceau de chair flottant était le revenant de tous ces morts jetés à la mer lors des effroyables transports d’esclaves à fond de cale depuis l’Afrique. C’était cela aussi bien sûr. Mais l’art peut-il s’approprier la tragédie des autres ? La compassion ne suffisait pas à me rendre si proche ce morceau de chair animale lui aussi rejeté à l’eau. Un peu de l’expérience de mes images, de ce qui les fondait, devait s’y cacher… Seule cette double Atopie rouge m’apprendra que ce qui en  émerge est une expérience singulière de l’exil. Et qu’il a fallu être de l’autre côté de l’Atlantique, avec un décalage de fuseau horaire et de climat, pour donner une forme à ce que j’ai éprouvé sans le comprendre dans l’instant.

L’exil serait ici une composante indissoluble de l’art,  où l’objet échoué transporte son lieu avec lui[1]. Il s’agit de « l’expérience exilique aboutie » selon Alexis Nouss, qui conjoint lieu de départ et lieu d’arrivée[2].» L’artiste ne se dit pas : « je suis de quelque part mais ce quelque part, je peux le retrouver partout », mais plutôt : ce quelque part, je peux le recréer n’importe où. Cependant, si les blessures de la migration « sont d’autant plus douloureuses qu’elles n’ont pas le droit de s’exprimer », l’œuvre d’art en revanche a le pouvoir de les faire muter, d’exprimer leur secret comme une mutation biologique s’exprime. Non pas entre les deux rives mais flottant « par-delà les deux rives. ».

atopie-rouge-2

Cet objet un instant échoué, puis mutant en image numérique, participerait de l’exil intérieur, jeté à la vue de tous, qui échappe aussitôt à l’artiste. Juridiquement parlant, quand une œuvre est sortie de l’atelier pour être exposée, elle ne lui appartient plus en propre. Alors l’artiste ne peut être blessé par « la perte du sens du lieu. » L’expérience artistique (ce qu’on fait mais qu’on n’a pas) serait transmissible d’une façon singulière, toujours énigmatique. Je ne saurais dire ce que transporte cette chair apportée par la mer. Ce n’est pas l’objet échoué que nous transmet l’Atopie rouge, mais l’expérience de la rencontre étrange et fugace sur une plage déserte de Sainte-Marie, d’un lieu intérieur et liquide transporté par un cadavre flottant. Au point que la tâche la plus urgente a été de l’adjoindre à la photo scannée de la petite fille que mon corps adulte abrite, grimpant à une corde lisse, « suspendue » n’importe où sous un ciel atlantique.

Il manque une scène à cette histoire. Pendant que j’écris ces dernières lignes, il est 15h 30 à Paris, ce 23 juin 2016 étouffant de chaleur tropicale. Porté par le vent du sud à travers la porte-fenêtre ouverte sur mon balcon en plein ciel, le glas sonne au clocher de l’église du carrefour Alésia tout proche. C’est ainsi que selon Robert Filliou, « l’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art ».

 

 

http://www.elianechiron.com/

 

 

[1] Voir Éliane Chiron, L’énigme du visible. Poïétique des arts visuels, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 271.

[2] Alexis Nouss, La condition de l’exilé, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2015, p. 29. Les citations qui suivent sont tirées de cet ouvrage.

Salon LITTEXIL du 11 décembre 2016

littexil

LITTEXIL, premier salon consacré aux littératures de l’exil et des migrations, organisé par la Chaire « Exil et migrations » en partenariat avec le Musée de l’Histoire de l’Immigration, s’est tenu le dimanche 11 décembre dernier sur la Péniche Antipode à Paris.

Les esprits gentiment facétieux eurent tôt fait de remarquer l’à-propos d’une embarcation pour accueillir la manifestation, compte tenu de la situation migratoire actuelle.

Au demeurant, les migrants d’aujourd’hui furent directement évoquées lors de l’intervention de deux responsables d’associations aux migrants, « Ptit Dej à Flandre » (https://www.facebook.com/ptitdejaflandre) à Paris et « AGIR » (www.collectifagir.com) dans la région PACA.

Sur le sujet, en effet, la littérature ne pouvait se contenter de dépaysement et d’exotisme. On l’entendit clairement lors des deux tables rondes (« Migrations/ lorsque les sciences humaines prennent les chemins de la création » et « Dire l’exil au féminin : les pouvoirs de la littérature ») dont les échanges mirent au jour l’impératif pour tout geste artistique en rapport de refléter l’opacité du vécu migratoire et non de rendre compte d’une quelconque véracité dolente trop facilement oubliée.

 

Programme:  flyer-littexil

Voir sous peu l’intégralité des débats sur ce site.

 

 

Programmation du premier trimestre 2017

Chaire EXIL ET MIGRATIONS

Séminaire

Programmation du premier trimestre 2017

 

Lundi 30 janvier, 18h-20h

Le France, 190 Avenue de France, 75013 Paris

Xavier Chojnicki, économiste, Université de Lille 3

« Ça coûte combien, un migrant ? »

Il est couramment admis dans le débat que la France ferait face à une véritable pression migratoire, que l’immigration constituerait une cause des pressions à la baisse sur les salaires des français, que les immigrés déroberaient l’emploi des français et qu’ils profiteraient massivement de notre protection sociale généreuse. Et pourtant, face à ces a priori, l’immigration est loin d’être évaluée par les économistes comme un fardeau pour les économies d’accueil. L’ambition de cette conférence est de rendre accessible et discuter les résultats des travaux des économistes sur chacune de ces assertions.

X.C.

 

Mardi 14 février, 18h

Fondation Calouste Gulbenkian, 39 Boulevard de La Tour-Maubourg, 75007 Paris

Alexis Nuselovici (Nouss)

« L’exil et la migration aujourd’hui. Rupture ou continuité ? »

Conférence inaugurale de la Chaire « Exil et migrations »

 

Lundi 27 mars, 18h-20h

Le France, 190 Avenue de France, 75013 Paris

« Sauver les migrants, est-ce de l’humanitaire ? »

Table ronde autour de l’action de SOS Méditerranée

Peut-on dire que l’intervention auprès des migrants, avec pour cas d’étude leur sauvetage en mer tel que pratiqué par SOS Méditerranée, relève de l’humanitaire, quelle qu’en soit la définition (juridique, philosophique ou militante) ? Certes, il s’agit d’une action dont les motifs dépassent le politique pour se nourrir de l’éthique mais elle ne revendique pas un droit d’ingérence territoriale puisqu’elle est effectuée dans les eaux internationales et, en outre, elle vise tous les migrants, sans distinction d’appartenance nationale ou ethnique. La table ronde réunira responsables de l’association SOS Méditerranée et chercheurs spécialistes de la question de l’humanitaire.

A.N.

cropped-14542555_1737668809817598_938547076059910864_o.jpg

LITTEXIL

LITTEXIL
Première édition
Dimanche 11 décembre 2016, 14h – 18h
Péniche Antipode, Paris

LITTEXIL est un salon annuel consacré aux littératures de l’exil et de la migration, organisé par la Chaire « Exil et migration » du Collège d’études mondiales de la Fondation Maison des sciences de l’homme en partenariat avec le Musée de l’histoire de l’immigration.

Parce que, de l’Ulysse d’Homère à celui de Joyce, l’histoire de la littérature ne cesse de raconter l’exil ; parce que, depuis Ovide, Dante et Victor Hugo, l’histoire de la littérature est peuplée d’auteurs exilés ; parce que les migrants d’aujourd’hui doivent produire des récits afin d’obtenir refuge et des témoignages afin d’exister, il importe de dédier un espace consacré à l’expression littéraire comme dispositif autre d’appréhension et de compréhension des mouvements migratoires.
A. N.

La manifestation est constituée de deux volets :
o Une exposition d’ouvrages littéraires liés aux thèmes de l’exil et de la migration, offrant des séances de signature, de 14h a 18h.

o Une succession de deux tables rondes :


15h à 16h
Migrations : Lorsque les sciences humaines prennent les chemins de la création. Avec Michel Agier (anthropologue), Tacadit Yacine (anthropologue), Jérémy Beschon (metteur en scène), Laetitia Tura (réalisatrice). Modération : Marie Poinsot.

17h à 18h
Dire l’exil au féminin: les pouvoirs de la littérature. Avec Luba Jurgenson (Au lieu du péril), Patrick Bard (Poussières d’exil), Ana Paula Coutinho (U. de Porto). Modération : Alexis Nouss.

Affiche LITTEXIL (1)

L’exil et ses ressources. Une discussion entre Moyen Age et époque contemporaine

img_0114

L’exil et ses ressources. Une discussion entre Moyen Age et époque contemporaine

IHA, Paris, 1er décembre 2016

www.dhi-paris.fr

Loin de cette période à la culture monolithique dont les siècles suivants ont dressé un portrait, le Moyen Age affiche une forte complexité dont précisément les siècles porteurs de la modernité se sont éloignés par une rationalisation croissante. Notre présent retrouve un foisonnement idéologique qu’il est sans doute commode de baptiser post-modernisme. Une telle considération vient justifier l’idée a la base de l’atelier qui s’est tenu le 1er décembre à Paris à l’Institut historique allemand à l’initiative d’un groupe de recherche du Kunsthistorisches Institut de Florence et auquel la Chaire « Exil et migrations » était conviée : comparer les deux époques quant a la question de l’exil en invitant a débattre médiévistes et contemporanéistes.

Outre les apports spécifiques des différents débats, j’en ai tiré deux conclusions majeures. La première – une confirmation – touche a la force subversive de la notion d’exil sur le plan épistémologique. Avec évidence pour la période moderne, poser la question de l’exil oblige à redéfinir tout le cadre conceptuel dans lequel la question est posée (territoire, nation, appartenance, etc.), raison pour laquelle les politiques actuelles d’accueil des migrants, fondées sur des principes obsolètes, s’avèrent inefficaces. Il en est de même pour le Moyen Age.

La seconde prend sa valeur dans le cadre des pratiques d’accompagnement des migrants aujourd’hui, celles et ceux provenant d’Afrique. L’ensemble des croyances, des conceptions et des représentations qui façonnent leur rapport au monde, ce qu’on peut appeler un paysage mental, révèle de profondes divergences avec les visions du monde occidentales. Un exemple, crucial pour ce qui nous occupe : la conception de la spatialité. Interroger un paysage mental tel qu’il a pu se développer au Moyen Age et dont les paramètres ne sont plus reconduits suscite un exercice de déplacement, d’extériorisation, d’ « estrangement » qui permet de comprendre et d’admettre la coexistence de systèmes de penser et de sentir différents.

J’ai aussi recueilli une information lexicale savoureuse, et même craquante : en Italie, les spécialistes de Dante sont appelés des « dantistes ».

 

A. N.

Plus d’analyses sur l’atelier à venir.

img_0123 img_0133