La ville migrante

Séminaire de la chaire « Exil et migrations »

Lundi 29 mai, 18h à 20h

Salle Conseil A
54 boulevard Raspail
75006 Paris

Avec Christophe Laurens et Pascale Cognet

LA VILLE MIGRANTE

Quelle qu’en soit l’origine et la légitimité, le terme de jungle est venu véhiculer sur les campements de migrants des images et des idées de désordre et de sauvagerie. Or, l’observation montre qu’il n’en est rien et qu’à l’exemple d’autres phénomènes d’habitat marginal – les favellas, par exemple – un autre type d’urbanisation originale y émerge et organise le quotidien. A l’oeuvre dans les campements comme dans les quartiers urbains investís par les exilés.

Les migrants habitent dans les villes comme un animal dans son habitat. Ils n’ont pas de « chez eux » sans davantage être « chez nous ». Comment font-ils alors leur résidence – sans qu’elle ne soit demeure – dans la ville ? Et comment la ville les héberge-t-elle ?

Les migrants inventent de nouvelles urbanités qui constituent la silhouette d’une ville migrante.

A.N.

Christophe Laurens est architecte, paysagiste, enseignant en arts appliqués et co-fondateur du master Alternatives urbaines de Vitry/Seine. Il s’intéresse particulièrement à la fabrication des territoires urbains, aux pratiques habitantes et à tous les efforts d’imagination politiques ou artistiques qui prennent au sérieux les infinies conséquences du réchauffement climatique en cours. Membre du comité de rédaction de la revue Entropia, revue d’étude théorique et politique de la décroissance (2006/2015), et membre de l’Institut Momentum.

Pascale Cognet est diplômée en développement économique et social (IEDES Paris I) et en espagnol (Université Paris IV). Elle a exercé en tant que professeure en lycée pendant trente ans à l’Ile de la Réunion et a siégé sur le comité d’expertise pour donneurs d’organes vivants de l’Agence de Biomédecine pour la Région Réunion. Depuis son retour en France, elle travaille comme traductrice et a intégré le Théâtre  Aleph, théâtre chilien en exil à Ivry-sur-Seine. Elle a rejoint le collectif P’tit déj à Flandres (Paris 19ème)  depuis novembre 2016, avec un intérêt particulier pour le sort des mineurs isolés exilés en France.

 

By Dietmar Rabich – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=56563563

LITTEXIL, premier salon consacré aux littératures de l’exil et des migrations, organisé par la Chaire « Exil et migrations » en partenariat avec le Musée de l’Histoire de l’Immigration, s’est tenu le dimanche 11 décembre dernier sur la Péniche Antipode à Paris.

 

 

 

Les esprits gentiment facétieux eurent tôt fait de remarquer l’à-propos d’une embarcation pour accueillir la manifestation, compte tenu de la situation migratoire actuelle.

Au demeurant, les migrants d’aujourd’hui furent directement évoquées lors de l’intervention de deux responsables d’associations aux migrants, « Ptit Dej à Flandre » (https://www.facebook.com/ptitdejaflandre) à Paris et « AGIR » (www.collectifagir.com) dans la région PACA.

Sur le sujet, en effet, la littérature ne pouvait se contenter de dépaysement et d’exotisme. On l’entendit clairement lors des deux tables rondes (« Migrations/ lorsque les sciences humaines prennent les chemins de la création » et « Dire l’exil au féminin : les pouvoirs de la littérature ») dont les échanges mirent au jour l’impératif pour tout geste artistique en rapport de refléter l’opacité du vécu migratoire et non de rendre compte d’une quelconque véracité dolente trop facilement oubliée.