Archives par mot-clé : migrant

C’est quoi, un réfugié ? – Karen Akoka

Karen Akoka, sociologue, maîtresse de conférence en science politique à l’Université Paris-Ouest Nanterre et chercheuse à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP),  interviendra au séminaire de la chaire le mardi 15 novembre, à 18h (salle 1).

« Le terme parapluie “migrant” ne suffit désormais plus pour décrire l’horreur qui se déroule en mer Méditerranée » déclarait Al Jezzirah, dans le courant du mois d’aout 2015. En annonçant qu’il n’utiliserait désormais plus que le mot « réfugié » dans le contexte méditerranéen, le média qatari a rappelé l’importance de la lutte sémantique, mais aussi la légitimité du réfugié par rapport au migrant.
L’asile et la figure du réfugié sont en effet généralement associés à l’idée d’un impératif moral, humanitaire ou juridique, apolitique dont il s’agirait de préserver la neutralité, par opposition à la figure du migrant et à l’immigration dont la subordination au politique apparaît plus légitime.

Mais revenant sur les différentes définitions du réfugié qui se sont succédées dans le temps et dans l’espace et plus encore sur les différentes applications de la définition contemporaine du réfugié donnée par la Convention de Genève, on s’aperçoit pourtant à quel point il ne peut être question de neutralité politique. La mise en perspective historique permet ainsi de montrer combien sont discutables les oppositions contemporaines entre d’un côté le réfugié pour qui les causes de l’exil seraient politiques mais a qui le statut serait accordé indépendamment de toutes considérations de cet ordre; et de l’autre le migrant pour qui les raisons du départ seraient économiques et l’accès au séjour subordonné à des considérations politiques.

 

Dessine-moi un migrant – Alexis Nuselovici

Première séance du séminaire de la chaire « Exil et migrations » d’Alexis Nuselovici (Nouss), le lundi 10 octobre, à 18h (salle du Conseil A).

Le petit prince demandait à l’aviateur de lui dessiner un mouton en sachant ce qu’il espérait voir. Les opinions publiques européennes voudraient des migrants qu’ils ressemblent à ce qu’elles imaginent mais les arrivants déjouent leurs attentes. Et leurs gouvernements, comme l’aviateur, sont en panne. Pour cause de guerre ou de misère, pour des raisons politiques, économiques, voire environnementales, des étrangers veulent venir vivre en Europe. Un migrant migrait parce qu’il voulait vivre mieux, il migre aujourd’hui parce qu’il veut tout simplement vivre. Or, un migrant est d’abord un exilé, c’est-à-dire un sujet, un acteur politique et social et il doit être traité ainsi. Un migrant expérimente la condition de l’exilé, l’ « exiliance », qui est une des déclinaisons de la condition humaine. Comprendre l’exilé afin de mieux préparer sa migration – comprendre la migration afin de mieux accueillir l’exilé. Devant cette difficile tâche, il nous faudrait un peu de la sagesse du petit prince, l’exilé absolu.