C’est quoi, un réfugié ? – Karen Akoka

Karen Akoka, sociologue, maîtresse de conférence en science politique à l’Université Paris-Ouest Nanterre et chercheuse à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP),  interviendra au séminaire de la chaire le mardi 15 novembre, à 18h (salle 1).

« Le terme parapluie “migrant” ne suffit désormais plus pour décrire l’horreur qui se déroule en mer Méditerranée » déclarait Al Jezzirah, dans le courant du mois d’aout 2015. En annonçant qu’il n’utiliserait désormais plus que le mot « réfugié » dans le contexte méditerranéen, le média qatari a rappelé l’importance de la lutte sémantique, mais aussi la légitimité du réfugié par rapport au migrant.
L’asile et la figure du réfugié sont en effet généralement associés à l’idée d’un impératif moral, humanitaire ou juridique, apolitique dont il s’agirait de préserver la neutralité, par opposition à la figure du migrant et à l’immigration dont la subordination au politique apparaît plus légitime.

Mais revenant sur les différentes définitions du réfugié qui se sont succédées dans le temps et dans l’espace et plus encore sur les différentes applications de la définition contemporaine du réfugié donnée par la Convention de Genève, on s’aperçoit pourtant à quel point il ne peut être question de neutralité politique. La mise en perspective historique permet ainsi de montrer combien sont discutables les oppositions contemporaines entre d’un côté le réfugié pour qui les causes de l’exil seraient politiques mais a qui le statut serait accordé indépendamment de toutes considérations de cet ordre; et de l’autre le migrant pour qui les raisons du départ seraient économiques et l’accès au séjour subordonné à des considérations politiques.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.