L’étranger et l’exilé

Prononcé au Forum anti-haine, Marseille, Théâtre Toursky, 8 avril 2017

Madame Le Pen s’en prend aux migrants, à tous les migrants. « Contre la migration régulière et irrégulière », a-t-elle précisé lors du premier débat télévisé. C’est donc bien le migrant en tant que tel, la migration en tant que telle. Le migrant en tant que sujet, la migration en tant que forme d’être au monde et à l’histoire. Il y là une évolution conséquente à prendre en compte. Auparavant, le FN et les mouvements similaires, fidèles à une tradition réactionnaire française, ciblait l’étranger et l’immigré (ou l’émigré ou l’immigrant ou l’émigrant) en était une figure. Aujourd’hui, le FN dénonce le migrant, une figure bien plus générale, sans profil dessiné ni direction (in- ou ex-), le migrant, celui qui a quitté un/son chez-soi pour venir dans un/mon chez-moi. Je préfère le nommer l’exilé car « migrant » est une donnée pour statisticiens et économistes tandis que l’exilé est un sujet, avec une histoire et une mémoire.

Or, l’exilé n’est pas l’étranger. L’étranger appartient encore à une vision du monde politique somme toute classique et encore vivace, celle qui distingue l’ici et le là-bas. Il y a un ici et il y a un là-bas. Je suis d’ici et l’étranger vient de là-bas. Il appartient à ce là-bas, qui est son ici, et j’appartiens à mon ici, qui est son là-bas. Ce qui implique un itinéraire, une trajectoire : de là-bas à ici. Une conception du monde comme un espace territorialisé, frontiérisé, avec des tracés limitatifs, bref un monde comme une carte, avec des couleurs spécifiques pour distinguer les pays, telles que celles qu’on affichait dans les écoles de mon enfance.

Un monde de traités et de diplomatie entre états territorialement constitués. In système interétatique viable lorsque les règles présidant à ce système sont respectés. Or, ce monde a changé, et l’exilé l’illustre, et le lepénisme le sent et s’en effraie et le dénonce. L’étranger se comprend sur la ligne ici/là-bas. Il amène le là-bas ici et l’ici s’en accommode plus ou moins bien, le tolère ou le refuse. L’exilé, celui d’aujourd’hui qui arrive sur nos espaces européens, n’apporte pas le là-bas, il vient de nulle-part et c’est le nulle-part qu’il apporte ici, dans l’ici. Or le nulle-part ne dialogue pas avec l’ici, il le corrode, le délégitime car il détruit toute conception territoriale. Excusez la tautologie : nulle-part se trouve nulle-part, c’est-à-dire qu’il défait la possibilité non seulement d’être quelque part mais même la possibilité d’un quelque part, que quelque part existe… quelque part. Avec du nulle part, s’effacent les frontières, les limites territoriales, les cartes géographiques et les découpages politiques à petite ou grande échelle. D’autres parleront de globalisation.

Pourquoi dire que les exilés, les migrants d’aujourd’hui, viennent de nulle-part ? Pour deux raisons. Premièrement, parce qu’on les nomme « les migrants ». Dans les vagues migratoires antérieures, les arrivants avaient une origine, prisée ou décriées, les Polonais, les Italiens, les Algériens, les Portugais, etc. Aujourd’hui, ce sont « les migrants », une masse anonyme, homogène, sans langue, sans culture, sans lieu d’origine sauf pour des besoins de statistiques. Deuxièmement, celles et ceux qui arrivent sont partis il y a six mois, un an, deux ans, plus encore ; ils ont traversé un, deux, trois, quatre pays avant d’arriver (par exemple, pour la Méditerranée : Erythrée, Soudan, Lybie, puis l’Italie, et pour la route dite des Balkans : Turquie, Grèce, Macédoine, Serbie, Hongrie, puis l’Autriche). Peut-on alors dire de quel pays ils sont exilés, de quel pays ils sont partis ? Et quand ?

Ils viennent de nulle part, des exilés intransitifs, des exilés sans retour possible, c’est-à-dire ceux qui peuvent se dire exilés sans devoir préciser « exilés de ».  Ce qui est insupportable aux yeux de Madame Le Pen.  Dans son idéologie, l’étranger est une nécessité qui lui permet d’affirmer un sol, une identité, une racine, une frontière, un territoire, alors que l’exilé lui enlève la base argumentative pour défendre toutes ces idées. L’exilé n’a pas de nation, n’est pas d’une nation et il ruine l’idée de nation. Il est frappant de constater que, parmi les programmes présidentiels, le seul message prônant ouvertement l’accueil généralisé des migrants provienne des trotskystes, héritiers de l’internationalisme du prophète armé, selon l’expression d’Isaac Deutscher, qui mourut assassiné en exil.

Ne jamais oublier que Victor Hugo, notre grand auteur national, notre Shakespeare, notre Goethe, a passé près d’une vingtaine d’années en exil, un quart de sa vie. Or dans un texte de 1875 intitulé « Ce que c’est que l’exil », il écrit que l’exil est une « chose mentale » comme Da Vinci le disait de la peinture. Sans nier évidemment les réalités concrètes et les difficultés de l’expérience mais en insistant ainsi sur sa dimension intérieure, ontologique. L’exil est un regard sur le monde, est une facette de la condition humaine, précisément ce que récuse le discours lepéniste car cela est opposé à sa vision de ce qu’est l’être humain. Le lepénisme est une formidable dénégation d’une évidence : la condition exilée fait partie de la condition humaine. Homo migrens autant que homo sapiens, oserai-je dire. Nos ancêtres de la préhistoire migrèrent de continent en continent ; notre histoire européenne est une histoire de migrations, intra-européennes (les Celtes, les Francs, les Romains…) ou extra-européennes (colonisations heureuses ou malheureuses) ; de l’Ulysse d’Homère à l’Ulysse de James Joyce, notre littérature parle d’exil ; les textes du monothéisme nous parlent d’exil (l’exode des Hébreux, la Sainte Famille en Egypte, l’Hégire de La Mecque à Médine) ; l’histoire de France nous parle d’exil, Charles d’Orléans en Angleterre ou Napoléon à Sainte-Hélène. Bref l’exil est dans notre ADN culturel et il est dans notre répertoire existentiel : à notre naissance nous sommes exilés du ventre de notre mère et chaque matin, exilés de nos rêves.

Tout cela, le FN le nie et, pire encore, il est prêt à éliminer ceux et celles qui le lui rappellent en incarnant directement cette condition exilique, la forme la plus aboutie de l’esprit de non-appartenance qu’est la liberté humaine. Combattre le FN, c’est être fiers de notre condition d’exilés, de notre liberté d’exilés.

Mais je ne veux pas terminer en parlant du FN. Je préfère signaler que la 300e traduction du Petit prince vient de paraître. En hassanya, un dialecte arabe parlé au Sahara marocain (là où Saint-Exupéry trouva son inspiration), au Sahara algérien, au Sahara occidental, en Mauritanie, au Mali et au Sénégal, à l’origine la langue d’une tribu bédouine des bédouins. Le petit prince, prince de tous les exilés, exilé de sa lointaine planète, se lit maintenant dans la langue des nomades. Le livre fut dédié à Léon Werth, l’ami juif de Saint-Ex, qui se cachait dans le Jura.

Le petit prince en  hassanya, contre la haine ?  Pourquoi ? Ecoutons Paul Celan : « Ton pays […], il migre partout comme la langue ». Et en écho, Mahmoud Darwich : « Et la terre/se transmet/ comme la langue ». Le poète juif et le poète palestinien disent la même chose : les langues ne connaissent pas de frontières et pas de haine. C’est pour cela qu’on peut les traduire.  Puissions-nous un jour parler comme nos langues.

Alexis Nuselovici (Nouss)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *