La présidentielle et la migration

Nous sommes à 2 jours du premier tour de l’élection présidentielle. Parmi les situations critiques à régler impérativement pour le/la futur/e élu/e, la question migratoire. Autour de 8 000 migrants sauvés en Méditerranée lors du week-end pascal et acheminés en Italie ; une dizaine de morts qui s’ajoutent aux 30 000 précédents. En France, des centaines de migrants en attente du traitement de leur demande d’asile ; des centaines de migrants incapables de déposer leur demande d’asile. Des campements sauvages, des centres d’accueil insuffisants, des mineurs sans protection. Des migrants qui ont faim et qui n’ont pas où dormir. Environ 80% de déboutés qui passent dans l’illégalité. Les candidats n’en traitent que de manière allusive lors de leurs prises de parole publiques.

Trois exceptions notoires, livrées ici comme matériau sociologique sans considération du cadre politique et, à l’évidence, d’un éventuel vote :

  • Le 8 avril, Jean-Luc Mélenchon commence son meeting marseillais par demander une minute de silence « devant la Méditerranée, à la mémoire de ceux qui ont péri en mer dans les vagues d’émigration actuelles ».
  • Les 17 et 19 avril, Marine Le Pen se concentre sur la question dans ses meetings parisien et marseillais et propose un moratoire sur l’immigration légale.
  • Dans son message électoral télévisé, Nathalie Arthaud se consacre exclusivement aux migrants et appelle les travailleurs à la solidarité à leur égard.

La Chaire « Migrations et exil » vous propose donc le dossier suivant.

UNE POLITIQUE MIGRATOIRE POUR LA FRANCE

Alors que la France est l’un des pays européens où la question migratoire se pose avec le plus d’acuité et dans des conditions extrêmement difficiles, la recherche sur la migration perdrait toute légitimité à ne pas se tourner exclusivement en cette période vers l’élection présidentielle de 2017 et à examiner quelles sont les options offertes ou promises par les candidats pour améliorer la situation.

Trois constats immédiats : la question est quasiment absente, ou rapidement évoquée,  dans les discours publics et les débats télévisés ; un clivage est évident qui, sans exactement recouper un découpage droite/gauche, sépare une vision gestionnaire d’une perspective humaniste ; un seul mouvement en fait un thème prioritaire.

Afin de mener l’étude de manière plus approfondie, nous avons rencontré trois porte-paroles des courants principaux : Yannick Jadot, candidat d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) rallié à Benoît Hamon, candidat du Parti Socialiste ; François-Noël Buffet, sénateur, du parti Les Républicains ; Bernard Féraud, co-auteur du livret sur les migrants et les migrations de La France insoumise. Vous trouverez ci-dessous les trois enregistrements.

 

 

Pour étayer notre dossier, vous trouverez dans un autre article une analyse menée par Michel Piolat, de la Ligue des droits de l’homme, sur les positions des principaux candidats.

Et, en suivant le lien suivant, une analyse similaire de La Cimade : http://www.lacimade.org/publication/elections-2017-decryptage-sur-les-migrations/

 

Alexis Nuselovici (Nouss)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *