La haine du migrant. 23 avril 2018

Séminaire de la chaire « Exil et migrations »

Lundi 23 avril

17h – 19h

54 boulevard Raspail – 75006 Paris

Salle BS1-28 Conseil A.

Avec

Virginie Guiraudon, sociologue politique, directrice de recherches CNRS, Centre d’études européennes de Sciences Po Paris (UMR 8259)

Olivier Douville, psychanalyste et psychologue clinicien, Paris Ouest Nanterre La Défense, directeur de Psychologie clinique

Modération : Alexis Nuselovici (Nouss)

LA HAINE DU MIGRANT

La haine du migrant et non des migrants, la haine et non la peur, pour insister sur ce qui échappe à l’explication sociopolitique dans la tentative de compréhension des politiques migratoires européennes, largement fondées sur le rejet, l’enfermement et la répression, le cas allemand représentant une exception, majeure certes mais non moins particulière .

On ne comprend pas car les chiffres montrent tant la facilité d’une intégration d’un point de vue démographique que le besoin de nouvelles forces de travail d’un point de vue économique. En outre, pour prendre l’exemple de la France, des migrations de masse exceptionnelles ont dans le passé été accueillies, que ce soit à la suite du génocide arménien ou lors de la guerre civile espagnole sans oublier, plus récemment, les boat-people.

Actuellement « les migrants », à la différence de leurs prédécesseurs, ne sont pas nationalement catégorisés (les Italiens, les Polonais, les Algériens…) mais perçus comme une masse, sans doute menaçante à ce titre. Est-ce assez pour expliquer la haine et la suspension du réflexe d’hospitalité, pourtant culturellement fondé ?

A. N.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.