« Flüchtlingsromane » : une nouvelle catégorie littéraire ?

Emmanuelle Terrones, Université de Tours

« Flüchtlingsromane » : une nouvelle catégorie littéraire ?

« Cet éternel discours sur les ‘étrangers’ est épineux[1] », fait dire l’écrivain suisse Dorothee Elmiger à l’un de ses personnages. Depuis l’unification de l’Allemagne, plus d’une vingtaine de textes en prose[2] abordent la question des réfugiés en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Le contexte est celui des « nouvelles guerres », telles qu’elles ont été analysées par Herfried Münkler en 2002[3] (notamment les guerres de Yougoslavie, en Afrique et au Proche-Orient), puis de ce qui a été nommé « crise » migratoire à partir de 2010 en Europe, et dont le point culminant en 2015 a été nommé « Flüchtlingskrise » (« crise des réfugiés »). La littérature ne pouvait demeurer indifférente à ce phénomène et il ne surprendra pas que la moitié des romans et essais en question aient été écrits depuis 2012.

Le terme « Flüchtlingsroman », utilisé généralement dans la presse et la littérature critique, n’est qu’une étiquette masquant une grande variété d’expériences vécues ou observées. À proprement parler le roman de réfugiés n’existe pas, il se trouve plutôt une grande pluralité de romans sur le sujet, chacun apportant des perspectives, thèmes, interrogations et mises en forme différentes. Parmi la pluralité d’angles permettant d’aborder le sujet, le prisme du conflit de cultures s’avère particulièrement avantageux. Partons de l’opposition « eux »/« nous » – reste à définir qui est qui – très présente dans ces ouvrages malgré les nuances données : les situations qui y sont décrites sont bien plus complexes qu’un seul entrechoc de deux cultures. Navid Kermani, dans son essai Wer ist wir?[4] (« Qui est nous ? »), met en garde contre la conception de deux cultures qui s’opposent ou même dialoguent, la réalité étant autrement plus compliquée :

Non, le dialogue des cultures est tout autant une caricature que les analyses qui réduisent le monde contemporain à une collision entre différentes civilisations. Le problème, c’est que de telles caricatures s’ancrent dans les esprits et conduisent ensuite à des actions politiques, voire militaires. Alors, cela n’apporte rien non plus de déclarer cette perception fausse. Il faut la prendre au sérieux et réagir.[5]

 

Les Flüchtlingsromane peuvent être considérés comme une réaction possible et, derrière leur étiquette, donnent à voir dans leur variété un peu de la multiplicité et de la difficulté des conflits actuels. Écriture dite engagée sur un sujet d’une grande actualité, les Flüchtlingsromane rendent compte de destins tragiques et de situations hautement conflictuelles. Comment la littérature de langue allemande pense-t-elle la présence de réfugiés ? Quelles sont les stratégies narratives élaborées pour garder une mémoire – critique ? – de ces événements ? Dans quelle mesure ces textes contribuent-ils au débat politique et social sur le sujet ?

 

Reprise du mythe d’Europe

Dans un recueil d’essais intitulé Über die Dummheit der Stunde (« De la bêtise du moment »), Olga Martynova reprend le mythe d’Europe. Elle commence par souligner qu’Europe est enlevée par Zeus en Phénicie, une région qui correspond à l’actuelle Syrie et au Liban. Les frères d’Europe sont envoyés par leur père avec pour mission de ne rentrer qu’après l’avoir retrouvée : ils errent toujours à sa recherche. Olga Martynova en tire ceci :

Leur sœur est l’Asie volée à l’Asie et en même temps celle qui, venue de la lointaine Asie enlevée, est devenue l’Europe. Elle est celle que tous veulent posséder : soit ils veulent la garder et ne la partager avec personne et ils font comme s’ils ne comprenaient pas ce que ses frères venaient faire ici. Soit ils veulent la récupérer. Ces derniers traversent au péril de leur vie des eaux perfides, s’installent dans les tentes des camps de réfugiés et la guettent.[6]

 

Le paradoxe au cœur de cette réflexion en fait tout l’intérêt, paradoxe qu’elle exprime par le pronom « ils », qui désigne tour à tour ceux qui souhaitent conserver Europe et ceux qui souhaitent la reprendre : deux « ils » indéterminés et qui ne font plus qu’un. La légitimité revendiquée des deux côtés n’est finalement nulle part. C’est ici l’européocentrisme qui est radicalement mis en question, et son récit, comme la majeure partie des Flüchtlingsromane, invite à « décentrer le regard[7] ». La plupart des romans sont d’ailleurs écrits par des migrants et dans la perspective des migrants, ainsi, dans l’opposition entre « eux » et « nous », le « nous » est dans une grande partie des cas celui des réfugiés.

 

Considérons tout d’abord les frères d’Europe, ceux qui précisément revendiquent leurs droits en Europe. Quand la perspective narrative est principalement européenne (dans les romans de Dorothee Elmiger, Jenny Erpenbeck, Terézia Mora), la question principale est : qui sont-ils ? Dans le roman Schlafgänger de Dorothee Elmiger (littéralement « les dormeurs », le roman est traduit en français sous le titre « La société des abeilles »), une question est posée de manière récurrente « who’s there? ». Il s’agit de la première phrase de Hamlet, transposée cette fois au cœur de la réalité, de l’actualité, et surtout au cœur de la question propre aux réfugiés. Hannah Arendt écrit en 1943 dans Wir Flüchtlinge (« Nous autres, les réfugiés ») : « Notre identité change tellement souvent que personne ne peut savoir qui nous sommes vraiment[8]. » Dans le roman de Dorothee Elmiger – un roman très proche du théâtre : dans un même espace, des voix se relaient, se répondent, s’interrompent, se font écho etc. –, les personnages qui interviennent tissent un entretien au sujet des réfugiés et de nombre de thématiques afférentes. Pour ce faire, ils recourent à différents degrés de la fiction à la « réalité » : une histoire de réfugié lue dans un journal, le témoignage oculaire d’un personnage, un reportage à la télévision, les discours sur les réfugiés, la citation de réfugiés (une fille et son père), le journal fictif « d’une passagère », entre autres. Et ce, tantôt au discours direct, tantôt au discours indirect, tant et si bien que les catégories de « fiction » et de « réalité » se mêlent et mettent en question la netteté de leur distinction. Ce faisant, les personnages « essayent » différentes désignations, qui sont ensuite discutées, reprises tour à tour : Flüchtlinge (réfugiés), Gespenster (fantômes), Asylsuchende (chercheurs d’asile), Asylbewerber (demandeurs d’asile), Schlafgänger (dormeurs, traduits par existences en fuite), Grenzgänger (passeurs de frontières, frontaliers), zugereiste Personen (nouveaux arrivants), die sogenannten Fremden (les soi-disant étrangers) etc. Le terme Schlafgänger en particulier va retenir l’attention des personnages :

Ce genre de récit, dit la traductrice, risque d’assigner les existences en fuite dont il est question à une place qui se trouve quelque part mais en aucun cas ici, tu n’as fait que trouver un nouveau mot pour les réfugiés, mais dans le sommeil, semblerait-il, elles sont privées de voix et d’un esprit clair. Erreur ! s’exclama l’écrivaine, les existences en fuite, ou locataires de lit, ne dorment pas, au contraire, ils veillent toujours, ou du moins trouvent à peine le sommeil dans leur lit temporaire. […] Le sommeil est commun à tout le monde, dit l’étudiant, nous sommes tout à fait égaux lorsque nous dormons, mais notre situation ne l’est pas […].[9]

 

Beaucoup d’éléments se trouvent entremêlés ici et illustrent la difficulté de trouver une désignation adéquate, qui ne soit pas exclusive et qui corresponde à la situation (sans qu’il n’y ait ni aveuglement, ni mise à distance), une désignation qui considère les réfugiés comme des êtres humains à part entière (une idée que l’on retrouve à plusieurs reprises dans les romans, le réfugié n’étant pas un « être humain normal[10] »).

Toutes les désignations sont au pluriel. Parler des réfugiés comme d’un collectif représente un des aspects majeurs de ces romans. Aussi individuels que puissent être ces destins, ils se fondent dans un collectif : soit dans les camps de réfugiés et centres d’hébergement, soit derrière les étiquettes qui leur sont affublées (le personnage et narrateur de Jenny Erpenbeck, par exemple, parle toujours « des Africains », ce qui n’est pas sans poser problème). Quand la perspective narrative est celle des migrants, les romans transmettent le choc ressenti par les réfugiés à découvrir qu’ils ne sont plus qu’un collectif, dépouillés de leur individualité, et ce en dépit de l’épreuve unique qu’ils viennent de traverser[11] : « Nous étions des numéros. Nous étions des numéros et nous mangions de la soupe[12] », dit une jeune fille venue du Kosovo, un des deux personnage et narrateurs du roman de Senthuran Varatharajah Vor der Zunahme der Zeichen (« Avant que les signes ne s’accroissent »). Réduits à un collectif passif (par obligation) car condamnés au mutisme (du fait d’une maîtrise insuffisante de l’allemand), les réfugiés vivent une injustice révoltante dans la négation de leur langue, de leur entendement, leur finesse d’analyse, en bref, de leur identité : « personne ne saura depuis quelle marge nous parlons et le fait que nous puissions en parler ne change en rien la donne[13]. » Dans l’échange élaboré entre les deux personnages (l’un venu du Sri Lanka, l’autre du Kosovo), chacun livre une expérience personnelle, une perception individuelle des événements, des interrogations (mutuelles ou personnelles) sur une situation commune et collective. Le dispositif narratif – une correspondance virtuelle, mais loin d’un simple dialogue, chacun prenant le temps de mûrir sa réponse, lançant entre-temps d’autres questions et abordant de nouveaux aspects – met en évidence les entrecroisements, les parallèles, les écarts et les différences entre ces deux expériences. Dans la forme, Senthuran Varatharajah est parvenu à rendre la subtilité de deux destins si semblables et pourtant si différents, à désigner un collectif tout en s’éloignant d’une perception fausse de celui-ci.

 

C’est pourtant ce collectif qui est retenu à l’entrée de l’Europe, à la frontière. Vaste sujet, la frontière marque tout d’abord l’opposition entre ceux qui sont déjà en Europe et qui ne veulent « pas partager Europe », pour reprendre le terme de Olga Martynova, (c’est-à-dire les instances ou individus représentants ou non de ces instances) et ceux qui souhaitent y entrer. La frontière signifie non seulement une frontière matérielle – le passage légal ou non de la frontière est parfois décrit et l’on trouve dans le roman de Dorothee Elmiger de nombreuses variations sur ce thème –, mais aussi et surtout les camps de réfugiés ou centres d’hébergement (au pluriel, car les réfugiés sont déplacés d’un centre à un autre) dans lesquels sont placés les réfugiés en l’attente de papiers, d’une régularisation de leur situation. Il est une contradiction visible dans les romans : les réfugiés hébergés dans ces centres se trouvent au cœur de l’Europe, mais sans pouvoir y entrer, la frontière est partout[14] ! La frontière est le conflit : l’anthropologue Michel Agier analyse dans son essai Les migrants et nous à quel point les migrants « expriment une forme de la politique qui place la frontière et la mobilité humaine au centre du conflit[15]. »

La frontière signifie une « non arrivée », car le « passage » par ce genre de centres représente un arrêt, une mise en suspens. Un exemple nous en est donné dans le roman Ohrfeige (« Gifle ») de Abbas Khider. La perspective y est celle d’un réfugié irakien en Allemagne qui laisse éclater sa colère face à une administrative du service des étrangers. En une diatribe véhémente, il décrit ses expériences vécues dans différents centres après avoir surmonté les périls, violences et humiliations de son voyage et dénonce avant tout sa situation d’arrêt présente aussi absurde qu’insupportable. Dans une interview accordée au Spiegel, l’auteur l’exprime en ces termes : « un foyer de demandeurs d’asile est l’endroit le plus ennuyeux au monde, on se trouve dans un no man’s land, on est le jouet du destin[16]. » Il y a bien mise en suspens de par l’état de dépendance dans lequel se trouve le réfugié : dépendance à la fois administrative (des autorités sur place), linguistique (des bénévoles souvent), sociale (les réfugiés dépendent des aides qui leur sont accordées ou non), politique enfin car leur situation est soumise aux aléas des tensions internationales (dans Ohrfeige, la situation parallèle en Irak est souvent mentionnée ainsi que l’évolution des relations entre l’Allemagne et l’Irak). Il y a mise en suspens aussi du fait de l’attente in(dé)finie imposée aux réfugiés et décrite comme telle :

Finalement, je n’avais rien d’autre à faire que d’attendre le résultat de ma demande d’asile. Même si je savais que la décision qui allait être prise à Nuremberg pouvait prendre des mois, voire des années, j’attendais dans ma chambre toutes les semaines le lundi, le mercredi et le vendredi de 8h à 14h, le mardi et le jeudi de 13h à 18h le passage du concierge.[17]

 

L’énumération précise est longue étant à multiplier par autant de semaines d’attente, voire de mois ou d’années, c’est une éternité qui est suggérée – une torture quotidienne imposée, insupportable, un destin suspendu aux horaires précis d’un concierge. Cette attente n’est pas sans rappeler celle d’un purgatoire, et de fait les Flüchtlingsromane déploient généralement le lexique de la damnation, l’exil étant considéré comme une malédiction éternelle, à accepter avec résignation ou à déjouer.

            Cette damnation/condamnation revient à vivre (provisoirement ?) en marge d’une société. Les réfugiés du même roman de Abbas Khider passent une grande partie de leur temps dans un centre commercial, « spectateurs de la vie des Allemands[18] » :

Nous aurions tellement aimé être comme eux. Faire les courses, être assis dans un café, commander quelque chose à boire, discuter avec l’une de toutes les jeunes serveuses. Mais comment était-ce possible ? Nous nous trouvions au beau milieu et pourtant à des lieues de tout cela. Les habitants faisaient du shopping, nous nous réchauffions à contempler leur existence.[19]

 

Si la dichotomie est si forte ici entre un « eux » et un « nous » (alors que le roman s’emploie toujours à souligner les différences au sein d’un même groupe), c’est qu’il s’agit avant tout de faire entendre que les réfugiés sont réduits à n’être que des « Zaungäste » (« badauds », « spectateurs ») au sens premier de Zaun (« clôture », « barrière », Zaungäste désignant donc les exclus[20]). Dans Schlafgänger de Dorothee Elmiger, un journaliste précise alors qu’il est question d’un camp de réfugiés : « Au-delà de la barrière, à l’intérieur, il y aura les étrangers, et à l’extérieur, les habitants du quartier limitrophe[21]. » Le journaliste utilise ici tous les termes qui renforcent l’opposition entre intérieur et extérieur, étrangers et habitants, et paradoxalement, alors que les réfugiés attendent de fait « dehors », il dit « à l’intérieur » laissant entendre qu’ils seraient protégés alors qu’ils sont de fait exclus. La mise en suspens, l’attente obligée comme la vie en marge d’une société sont autant de conséquences des premiers mécanismes d’exclusion auxquels les réfugiés se trouvent confrontés.

 

Que la perspective narrative soit centrée sur les migrants ou non, les frères d’Europe demeurent toujours « étrangers[22] », ajoute Olga Martynova dans sa reprise du mythe d’Europe, et ce même au-delà du passage de la frontière et de la régularisation. C’est aussi le constat fait par Navid Kermani dans Wer ist wir? : « On ne devient pas Allemand. Un migrant demeure Iranien, Turc, Arabe jusqu’à la deuxième, troisième génération[23]. » Cette affirmation trouve différentes déclinaisons dans les romans. Senthuran Varatharajah fait dire à son personnage sri-lankais qui maîtrise l’allemand à la perfection : « [un enseignant à l’université] dit que mon exposé devait être copié d’un manuel scolaire. aucun étudiant, selon lui, ne parlait de cette façon. on ne nous croit capable que d’un allemand approximatif. c’est à cause de notre nom. c’est à cause de ma peau[24]. » Il relève ainsi les stéréotypes et la stigmatisation dont les réfugiés sont systématiquement victimes, tout étant discriminant : que l’on ait un accent ou non, que l’on pratique ou non une religion, que l’on suive ou non tel ou tel mode de vie etc. La même injustice est relevée, avec une ironie amère qui tourne au cynisme, par Irena Brežná dans Die undankbare Fremde (« L’étrangère ingrate ») : « Avec les étrangers, on parlait fort, ils étaient considérés comme des malentendants. En tout cas comme des handicapés, et on était gentil avec les handicapés[25]. » Et elle ajoute plus loin – le lecteur sait qu’elle maîtrise alors parfaitement l’allemand – en parlant d’elle et d’une amie : « Bientôt nous eûmes la réputation d’être dangereuses. Nous étions sur la mauvaise piste, des sprinteuses qui s’étaient perdues dans une course de marathon[26]. » Si elle force le trait ici (même ses progrès lui sont nuisibles), de façon générale, tout effort pour faire un pas vers la société d’accueil reste sans effet aucun : un étranger demeure toujours un étranger. D’où la colère du personnage de Mascha dans le roman de Olga Grjasnowa Der Russe ist einer, der Birken liebt (« Un Russe est quelqu’un qui aime les boulots »), qui, interrogée sur les conflits en Israël car elle est Juive (ce qui est déjà passablement absurde en soi), réplique : « Daniel, laisse-moi tranquille avec ces conneries. Qu’est-ce que tu veux au juste ? Je vis en Allemagne. J’ai un passeport allemand. Je ne suis pas Israël. Je ne vis pas là-bas. Je ne vote pas là-bas et je n’ai pas non plus de lien particulier avec le gouvernement israélien[27]. » Quoi qu’il arrive, Mascha sera toujours considérée comme doublement étrangère (d’une part car elle est azerbaïdjanaise, d’une autre car elle est Juive, comme si être Juif et Allemand s’excluaient l’un l’autre), une expérience variée à l’infini dans les romans.

Les exemples se multiplient tant et si bien que les migrants finissent par ne plus pouvoir se percevoir autrement que comme étrangers. L’expérience est décrite finement par Shida Bazyar dans Nachts ist es leise in Teheran (« Les nuits sont calmes à Téhéran »), où elle déploie une histoire familiale de migration. À plusieurs reprises, la mère puis la fille se regardent à distance, comme des étrangères. Ainsi la mère, quelque temps après leur arrivée en Allemagne en 1989, tente-t-elle de regarder son mari avec le regard d’un Allemand :

[J’]essaie d’écouter Behsad avec des oreilles habituées à une autre télévision, à une autre radio, des oreilles habituées à des Helmut Kohl et à des Helmut Schmidt, qui comprennent les discours nazis, qui comprennent Goethe. Mais je n’y arrive pas, je regarde Behsad, je le fixe, je l’entends, j’essaie de me rendre ses mots étrangers, de me le rendre étranger.[28]

 

Si la tentative se solde par un échec – elle utilise autant de stéréotypes pour s’imaginer un regard allemand que le regard allemand posé sur eux est chargé de clichés –, le regard s’est déjà déplacé, la mise à distance (Ver-/Entfremdung) a eu lieu. Cette femme se regarde, elle et sa famille, comme des étrangers et exprime un peu plus loin l’abîme infranchissable entre leur vie (en Iran et de surcroît en tant que révolutionnaires dans l’Iran de 1979) et celle des Allemands qui les accueillent. Car au-delà de la générosité et de l’accueil qui leur est réservé, tout n’est finalement qu’un tissu de malentendus, d’incompréhensions, de non-dit ; elle souligne la mécompréhension totale par manque de connaissances réciproques (les questions non posées, les paroles non dites, le silence qui s’impose par fierté, par peur de l’humiliation, par résignation ou autre), en bref : l’impossibilité de l’échange, et finalement de n’être autre qu’étranger.

Terézia Mora, dans son roman Alle Tage[29] (« Tous les jours », titre d’un poème d’Ingeborg Bachmann), développe l’idée d’avoir pour identité le fait même d’être étranger. Son personnage Abel Nema demeure l’étranger en soi, l’inconnu, fascinant et repoussant à la fois. Et, au-delà même de son statut de réfugié, Abel est celui qui n’a d’autre identité que d’être étranger, « der Mensch als Fremder an sich[30] » (« l’être humain comme étranger en soi ») dit l’auteur. Dans les romans se déploie une grande variété de réactions face à l’idée d’être étranger partout. Ainsi, le personnage principal d’Irena Brežná devient interprète auprès de nouveaux arrivants en Suisse, lesquels la considèrent comme Suisse (elle est alors étrangère aussi aux yeux de ses compatriotes) :

De plus en plus, les étrangers pensaient que j’étais une autochtone et ils me remerciaient on ne peut plus correctement, s’excusaient par avance, s’excusaient même d’être là. Si je me faisais connaître comme étrangère, nous riions, nous nous moquions de la représentation des autochtones et des étrangers.[31]

 

Le malentendu prête à se rire de la situation et de tels rapports humains biaisés. Et le ridicule porte moins sur ces réactions de politesse et d’humilité à outrance que sur la situation et les rapports de force qui obligent les réfugiés à agir de la sorte, d’où plus loin sa revendication : « Je refusais de me laisser enfermer dans une catégorie ethnique : ‘Je m’appelle Emigrazia. Mon pays, c’est étrangère. Je ne me laisserai plus émigrer d’ici[32].’ »

 

 

Exilliteratur et nouveau Zeitroman ?

À quelques exceptions près (comme les romans de Dorothee Elmiger, Carlos Peter Reinelt, Senthuran Varatarajah ou Terézia Mora), les Flüchtlingsromane rappellent, au niveau du fond comme de la forme, les romans de ce que l’on nomme communément Exilliteratur, la littérature de l’exil entre 1933 et 1945. De nombreux parallèles sont faits ces derniers temps entre les deux exils de façon explicite comme, par exemple, dans la préface de Zuflucht in Deutschland[33] (« Refuge en Allemagne », une anthologie de textes d’écrivains réfugiés en Allemagne), et comme de plus en plus aussi dans la littérature critique et dans la recherche, notamment par le pôle de recherche sur la littérature de l’exil à Hambourg (Forschungsstelle für Exilliteratur). Leur recueil d’articles Literatur und Exil[34], entre autres, et les articles paraissant dans leur newsletter intitulée exilograph n’ont de cesse de tisser des liens entre la littérature de l’exil entre 1933 et 1945 et les situations contemporaines d’exil (sans jamais perdre de vue pour autant la différence de contextes historiques) : l’intérêt vaut principalement pour une « re-conceptualisation du terme d’exil[35] ». La réflexion peut être poursuivie ici dans ce sens jusqu’à penser la réappropriation contemporaine d’une des formes romanesques privilégiées de l’Exilliteratur, à savoir le Zeitroman, roman portant sur l’actualité, la réalité immédiate, répondant au besoin de transmettre une analyse claire de la société, écrit de façon réaliste et ce non sans une certaine dimension critique. L’arrivée massive de migrants a mis au défi les sociétés européennes, face au bouleversement, à la mise en question d’un ordre établi, quels sont les moyens mis en œuvre dans les Flüchtlingsromane ?

 

Comme le Zeitroman, les romans en question répondent bien à la volonté de représenter toute une époque. C’est là une de leurs premières ambivalences : donner à voir une histoire individuelle, tout en décrivant un panorama. Différents dispositifs sont mis en place à cet effet : quand est décrite la vie dans un centre de réfugiés, par exemple, l’occasion est donnée de relater également la biographie d’autres réfugiés (ainsi les romans de réfugiés contiennent-ils un grand nombre de récits enchâssés, représentant ainsi un destin et une multitude de destins). Tous ces récits sont rapportés pour leurs similitudes, pour leur caractère particulièrement violent, miraculeux etc. (c’est le cas, par exemple, dans les romans de Abbas Khider, Ilija Trojanow, Jenny Erpenbeck). Un exemple intéressant est donné par le personnage d’Irena Brežná qui intègre à sa propre histoire celle de nombre de réfugiés en insérant des passages en italique qui correspondent à son travail d’interprétariat auprès des réfugiés (dans un contexte juridique, policier, médical, psychologique, psychiatrique etc.). Ceci permet à la narratrice de relater des destins qu’elle observe avec empathie ou distance : là encore l’opposition est fortement marquée entre habitants et étrangers, mais elle parle de deux rives qu’elle a pour rôle de relier : « Sois un ferry linguistique. Fais traverser les passagers, démarre et efface leurs visages de ta mémoire[36]. » Depuis sa position d’entre-deux, elle essaye de comprendre les pensées qui traversent les interlocuteurs de l’un et l’autre côté. Mais surtout, faisant fi du principe d’« effacer leur visage » tel qu’elle l’a appris lors de sa formation d’interprète, elle s’emploie dans son récit au contraire à conserver à ces réfugiés un visage, un destin personnel, des circonstances particulières, chaque cas devant être considéré dans sa particularité et sa complexité propres.

Les Flüchtlingsromane s’emparent de la réalité immédiate, dans la mesure où ils participent à leur façon aux débats, mettent en perspective et interrogent. Prenons l’exemple caractéristique du terme « assimilation ». Dans le « mariage forcé[37] » avec le pays d’accueil, pour reprendre un terme du personnage de Irena Brežná, un réfugié finissant par obtenir la nationalité est quelqu’un à qui l’on « certifi[e] le succès de [s]on assimilation » : « Assimilation, ça ressemble à dissolution. J’aurais préféré qu’ils confirment ma participation, mais à l’époque on n’aurait jamais osé penser que des immigrants puissent participer à la vie de la société tout en ayant le droit de rester ce qu’ils sont[38]. » De même, dans la plupart des Flüchtlingsromane, « assimilation » n’est qu’un autre nom pour trahison ou acculturation. Une question liée à la perte de la langue maternelle est posée, par exemple, dans Vor der Zunahme der Zeichen : « quand nous oublions une langue/ perdons-nous et oublions-nous aussi ce que nous avons vécu en elle[39] ? » Ceci rappelle une idée reprise toujours et encore dans les romans de réfugiés, celle de devoir tout reprendre à zéro (« bei null anfangen »). Et les romans traitant des réfugiés sont justement écrits contre tous ces concepts définis par Doerte Bischoff et Susanne Komfort-Hein comme « concepts culturels de l’assimilation qui fixent les revendications du national et ne reposent en fin de compte que sur des divisions et des reniements[40]. »

Dans le roman Der Russe ist einer, der Birken liebt, le personnage d’Olga Grjasnowa s’insurge sans cesse contre tous ces termes qui ne véhiculent que des clichés et l’enferment dans des catégories comme le terme « Migrationshintergrund » (« issu de l’immigration ») ou encore « postmigrantisch » (« post-migratoire ») comme dans cette conversation avec son petit ami allemand : « ‘Tu utilises encore ce terme ?’ [Migrationshintergrund]. J’essayai de prendre un ton ironique, mais je n’y arrivai pas. À chaque fois que je lisais ou que j’entendais ce mot, je sentais la bile monter en moi. La seule chose qu’il y avait de pire encore, c’était l’adjectif post-migratoire[41]. » Ainsi prend-elle toujours de la distance par rapport à son expérience vécue (tantôt avec ironie et autodérision, tantôt avec cynisme). Alors qu’elle rapporte, par exemple, une conversation avec un de ses amis proches qui est Turc, elle-même vient d’Azerbaïdjan, elle la commente immédiatement en ces termes : « On parlait allemand entre nous comme deux étrangers modèles parfaitement intégrés[42]. » Derrière cet élan d’autodérision, notamment dans l’emploi du terme « Vorzeigeausländer » (littéralement « des étrangers que l’on peut exhiber », « des étrangers modèles »), pointe de l’amertume, car Mascha est parfaitement consciente d’entrer, du fait de son comportement, dans les clichés qu’elle abhorre. Ce qui est en jeu dans tous les cas, c’est la question de l’intégrité et de la possibilité de la conserver ou non. De cette manière, le roman donne à voir non des généralités, mais des ambiguïtés telles qu’elles sont vécues par chacun, comme le souligne Johann Holzner dans une analyse du personnage de Mascha : « Ce n’est donc pas étonnant qu’elle se rebiffe à chaque fois qu’elle entend ce genre de termes ou de généralisations. Car c’est bien là ce qui lui importe le plus : ne pas effacer les ambivalences, mais les rendre visibles[43]. » En cela, il cerne l’essentiel de ces romans : rendre visible les ambivalences, les incohérences vécues par les personnages.

 

Tout comme le Zeitroman, les Flüchtlingsromane affichent la volonté de saisir la réalité et sont écrits de manière réaliste. Sur une palette allant de la fiction à l’autobiographie/autofiction, les romans choisissent souvent une forme plus ou moins proche du témoignage[44]. Dans le roman de Abbas Khider Der falsche Inder (« Le faux Indien ») par exemple, le narrateur trouve par hasard un manuscrit dans lequel sont retracés les souvenirs d’un réfugié irakien en Allemagne tel qu’il l’est lui-même, manuscrit qu’il cite dans son entité et qui constitue le roman. À cette stratégie narrative couramment utilisée pour suggérer une authenticité et mettre à distance aussi la voix narrative, est ajoutée ici une mise en abyme :

Cela faisait déjà longtemps que je souhaitais rédiger mon voyage sur le vaisseau fantôme, mon odyssée. Jamais je n’y suis parvenu. Depuis au moins cinq ans, j’ai essayé de commencer toujours et encore. Et à chaque fois je m’arrêtais parce que je n’étais pas convaincu, parce que la structure me faisait défaut, parce que je n’étais tout simplement pas satisfait. Je savais toujours exactement ce que je voulais écrire, mais je ne savais pas comment ! Il y a un peu moins d’un an, j’ai eu une idée géniale mais il me manqua du temps pour la réaliser. Donc, il faut que je m’estime heureux de voir que quelqu’un d’autre s’en soit chargé à ma place. L’essentiel en fin de compte, c’est qu’à présent j’aie entre les mains mon histoire déjà écrite, non ?[45]

 

Une telle mise en abyme ne fait que rappeler le caractère construit du récit, pourtant elle souligne un aspect intéressant. La structure qui faisait défaut au narrateur, et qu’il dit avoir trouvée dans le manuscrit, est la suivante : chacun des huit chapitres du document rapporte le même cycle depuis l’Irak jusqu’à Berlin, le cycle est repris chaque fois sous un nouvel angle, une nouvelle thématique, suggérant une répétition infernale (de souffrances et de désespoir, même si le texte joue aussi sur les ressorts de l’humour et de la dérision). La structure laisse entendre qu’il n’y a jamais véritablement d’arrivée, car le récit revient toujours nécessairement au point de départ : la situation d’exil se donne à voir comme provisoire et permanente à la fois. S’il s’agit bien de relater une histoire concrète, le roman n’est pas seulement un Zeitdokument[46] (un « document d’époque »), il est bien avant tout un travail littéraire.

Ceci est particulièrement manifeste quand l’expérience d’écriture met en avant le rapport à la langue, ce que font, pour ne citer que les exemples les plus représentatifs, Senthuran Varatharajah, Irena Brežná, Saša Stanišić mais aussi Marica Bodrožić dans Sterne erben, Sterne färben[47] (littéralement « Hériter des étoiles, colorer des étoiles »), sous-titré « Meine Ankunft in Wörtern » (« Mon arrivée dans les mots »). Dans une prose très poétique et imagée, elle fait le récit de son apprentissage d’une langue dans une situation d’exil, déploie sa biographie dans cette nouvelle langue, « arriver » signifiant ici naître et grandir dans une nouvelle langue. Son texte peut également être lu comme un essai poétique sur le rapport entre langue et mémoire (notamment à travers l’évolution de sa relation avec la langue acquise comme avec sa langue maternelle). Les réflexions proposées sont à la fois de l’ordre poétique et poétologique et appréhendent la façon dont se constitue la mémoire à travers les sens, mais aussi à travers la langue et ses silences[48].

Il s’agit bien dans les Flüchtlingsromane non de témoigner ou d’informer seulement, mais de proposer avant tout une expérience d’écriture. Et de façon tout à fait caractéristique, cette expérience d’écriture se nourrit, explicitement ou non, de la littérature de l’exil entre 1933-1945. C’est le cas de Zafer Şenocak dans Gefährliche Verwandschaft (« Parenté dangereuse ») dont le narrateur se dit fasciné pour la littérature de l’exil sous le nazisme, notamment pour les autobiographies :

J’ai toujours été fasciné par la vie des exilés. J’essayais d’idéaliser le moins possible. Je lisais beaucoup d’autobiographies pour me faire une idée vivante de l’époque et des sentiments des gens. Les autobiographies bien écrites redonnent vie à l’auteur. Elles créent un lien personnel entre l’auteur et le lecteur.

Peut-être pensais-je alors à la famille de ma mère. Ils avaient été des exilés silencieux.[49]

 

Le lien avec le récit migratoire de sa propre famille est fait de façon immédiate, évidente, suggérant aussi un lien très fort entre ses lectures et son travail d’écriture. En outre, il est mis en évidence ici une autre contradiction fondamentale propre aux romans de réfugiés : la situation d’exception qu’est celle des réfugiés représente pourtant une situation permanente dans l’histoire[50]. Tout comme, à l’inverse, l’histoire de l’immigration en Allemagne ne date pas d’aujourd’hui. Dans Wer ist wir?, Navid Kermani écrit : « Que des gens puissent vivre avec et dans des cultures, loyautés, identités et langues différentes en même temps, semble encore susciter l’étonnement en Allemagne, pourtant, dans l’Histoire culturelle, c’est plus la règle que l’exception[51]. » L’essayiste pointe ici une normalité qui n’en est pas une ou qui n’en est plus une. Il y a là une pierre d’achoppement bien présente dans les romans qui traitent de la présence des réfugiés.

 

Indéniablement, tous ces ouvrages contiennent un fort potentiel critique. Un des problèmes majeurs est probablement celui de la perception des réfugiés. Dans ce contexte, le rôle des médias est souvent contesté et nombres de romans insistent sur la nécessité d’aborder les réfugiés, non comme un collectif indistinct et inquiétant, mais comme des « gens ordinaires[52] ». L’essai de Navid Kermani Einbruch der Wirklichkeit (« Irruption de la réalité ») répond à ce besoin. Il s’agit de la version enrichie d’un reportage commandé par le Spiegel, pour lequel Navid Kermani parcourt la route des Balkans à l’envers, de l’Allemagne à la Turquie. Orientaliste et lui-même fils de migrants iraniens, il porte un regard à la fois connaisseur et interrogateur sur ce phénomène migratoire, son savoir sur la situation semblant moins modérer que nourrir son étonnement permanent. Son essai est à la fois un témoignage, une synthèse des paroles recueillies, ainsi qu’une réflexion sur le regard – qu’il soit médiatique, politique ou civil – porté sur l’arrivée massive de migrants en Europe. Navid Kermani souligne la dimension tout à fait ordinaire de ces personnes, par exemple lorsqu’il s’intéresse à un groupe de Hongrois qui, dans la clandestinité, ont porté secours à des réfugiés : « [Ils] parlèrent avec les réfugiés qui n’étaient ni des pique-assiette, ni des terroristes comme la télévision voudrait nous le faire croire, mais des gens ordinaires comme eux, il y avait même parmi eux des traductrices, des psychologues et des conseillers financiers[53]. » Il reprend ici les mêmes professions que celles des Hongrois en question et met ainsi l’accent sur la ressemblance afin de déjouer les stéréotypes[54]. Il s’agit d’êtres humains à part entière, et par conséquent qui devraient jouir des mêmes droits.

À force de considérer les migrants comme un collectif – et dans le pire des cas comme le toujours autre, le toujours étranger –, c’est le fondement de la démocratie elle-même qui est mis en question dans la mesure où celle-ci se montre incapable d’humanisme et de tolérance. Irena Brežná en relève et en dénonce le fonctionnement exclusif :

Le peuple des étrangers vivait ici sans voix audible. Nous aurions dû dire enfin : « Nous sommes là ! Vous devez nous prendre en compte, nous et notre différence, nous ne voulons pas seulement vous imiter, nous ne trouvons pas que tout en vous soit enviable. Il est impossible d’être reconnaissant tout le temps. C’est une vie artificielle. Nous voulons de l’authenticité. » […] Mais qui dans ce pays étranger ingrat aurait voulu nous écouter ? Nous étions un peuple désuni, désorganisé, non révolutionnaire, affaibli par des complexes d’infériorité, mal à l’aise dans la nouvelle langue, plié sous des règles étrangères, en proie au mal du pays, prêt à s’adapter jusqu’à la perte de dignité, seulement uni et rebelle pour râler en cachette.[55]

 

Le réfugié n’a pas de place dans ce système aussi démocratique qu’il soit, et quelle que soit la part de responsabilité « du peuple des étrangers » dont elle souligne les travers, le système « démocratique » de la société d’accueil est aussi responsable de ce comportement. Irena Brežná comme Dorothee Elmiger, et elles ne sont pas les seules à le faire, en appellent donc aux droits de l’Homme : « il était arrivé à la conclusion que le sujet était les droits humains et citoyens[56] », dit l’un des personnages dans Schlafgänger. Si les réfugiés viennent bouleverser un système, ils montrent surtout à quel point celui-ci est en crise. C’est aussi ce que montre le philosophe Giorgio Agamben dans Moyens sans fin, recueil d’essais sur la politique et ses moyens, qui consacre un des chapitres à Hannah Arendt et ses écrits sur les réfugiés dans lequel on peut lire : « Le paradoxe est que la figure du réfugié, qui aurait dû être par excellence l’incarnation des droits de l’homme, va marquer, au contraire, la crise radicale de ce concept[57]. » Cette crise trouve une illustration dans les Flüchtlingsromane.

 

Il est une idée récurrente dans ces romans, celle d’une entité à laquelle se heurte toujours et encore le réfugié : l’entité État-justice-bureaucratie. Trois instances (kafkaïennes) qui incarnent la démocratie, ou du moins sont censées en garantir le fonctionnement. Hannah Arendt en relève pourtant la dimension discriminante :

La société a découvert que la discrimination était la grande arme sociale au moyen de laquelle on peut tuer les hommes sans effusion de sang, puisque les passeports ou les certificats de naissance et même parfois les déclarations d’impôts ne sont plus des documents officiels, mais des critères de distinctions sociales.[58]

 

De nombreux passages dans les Flüchtlingsromane dénoncent l’absurdité des règles et des principes étatiques. La narratrice dans le roman de Irena Brežná évoque un « passeport pour apatride[59] » et ajoute : « Aucun État n’était responsable de moi[60]. » Elle formule en ceci la même idée que dans le roman Alle Tage de Terézia Mora, où le personnage principal est citoyen d’un pays qui n’existe plus : « La chose est simple, dit Abel. Le pays, dans lequel il était né et qu’il avait quitté près de dix ans auparavant, s’était divisé entre-temps en trois à cinq nouveaux États. Et aucun de ces trois à cinq États ne se sentait dans l’obligation d’accorder la nationalité à quelqu’un comme lui[61]. » Ainsi aux yeux d’une juge, la situation inouïe d’Abel fait qu’il ne peut même pas être pris en compte comme individu : « je ne peux pas prononcer le divorce de quelqu’un qui n’existe pas[62]. » Et de façon générale le réfugié se trouve dans un non-lieu de la justice, dans ses interstices, alors qu’il doit pourtant composer avec elle.

Le roman de Jenny Erpenbeck Gehen, ging, gegangen[63] (le titre reprend les formes de base de la conjugaison du verbe « aller », une traduction libre pourrait être « je vais, tu vas, il va ») en donne une illustration en mettant en scène un professeur retraité qui, voulant porter aide aux réfugiés, se heurte à l’administration, découvre la façon dont les réfugiés sont traités sans ménagement, de manière arbitraire et irrespectueuse, une machinerie contre laquelle tout combat s’annonce voué à l’échec. De même, le roman de Abbas Khider Ohrfeige est presque entièrement consacré aux obstacles administratifs et juridiques rencontrés par les réfugiés et livre une critique très détaillée d’une administration qui ne tient pas compte des destins individuels (des raisons personnelles, sociales, politiques ou autres du départ en exil), qui statue selon des règles rigides, tout étant rapporté à des questions de relations internationales (un réfugié peut être renvoyé en Irak car la guerre est finie, sans aucune prise en compte du danger réel). Ces obstacles sont tels qu’ils peuvent soit pousser les réfugiés à la clandestinité, soit – comme ceci est souvent décrit, entre autres, dans les romans de Abbas Khider et de Irena Brežná – les inciter à inventer leur propre biographie, d’une part car les circonstances de leur fuite sont souvent trop complexes, inexplicables ou incompréhensibles aux yeux d’une justice européenne, d’une autre pour s’adapter aux changements de lois et augmenter ainsi leurs chances de rester en Europe. Leur existence en suspens devient donc une fiction, dont dépend pourtant leur existence réelle. Ainsi, l’un des personnages de Abbas Khider livre-t-il les réflexions suivantes peu avant l’audience qui déterminera son statut :

J’avais pris toutes mes vraies données, anniversaire, scolarisation, domicile etc. et les avais intégrées dans une nouvelle biographie. J’avais pris un grand nombre de notes et tout appris par cœur, mot à mot. À ma grande surprise, tout cela me parut très facile. Quand on a un début, les idées viennent d’elles-mêmes. La seule chose qui m’inquiétait à présent, c’était de devoir raconter cette histoire à un juge. C’était lui que je devais convaincre. Et c’était là l’obstacle le plus difficile à franchir.[64]

 

Pour se sortir d’impasse, il va jusqu’à inventer avoir subi des tortures, ce dont il se repent ensuite en pensant aux victimes réelles de tortures (comme l’est d’ailleurs l’auteur lui-même). Au-delà de tels changements et adaptations biographiques, certains réfugiés vont parfois jusqu’à l’effacement, l’annulation provisoire de l’identité : Dorothee Elmiger, entre autres, évoque la stratégie des réfugiés consistant à faire disparaître leurs empreintes digitales (par frottement des doigts sur une surface rugueuse) afin de gagner du temps, les empreintes digitales mettant trois semaines à se recomposer.

Ce qui est dénoncé ici, ce n’est ni plus ni moins que l’absurdité à laquelle les réfugiés sont menés, et les Flüchtlingsromane de s’interroger sur cette perte ou cette absence de sens, raison pour laquelle Manuel Clemens en nomme les auteurs « neue Sinnstifter[65] » (« nouveaux donneurs de sens »). Si l’on peut parler d’une réappropriation actuelle du Zeitroman, celle-ci s’opère à travers les contradictions, les ambivalences, les ambiguïtés, la mise en question de certains fondements, une quête de sens : en cela, les Flüchtlingsromane demandent à penser les choses autrement.

 

Comprendre le « nous » autrement

Reprenant l’idée de Hannah Arendt selon laquelle les réfugiés représentent « l’avant-garde de leurs peuples[66] », Giorgio Agamben souligne l’actualité de cette affirmation :

[Le] réfugié est peut-être la seule figure pensable du peuple de notre temps, la seule catégorie dans laquelle nous est donné d’entrevoir les formes et les limites d’une communauté politique à venir, du moins tant que le processus de dissolution de l’État-nation et de sa souveraineté ne sera pas parvenu à son terme.[67]

 

Quant à ce que pourrait être une telle « communauté politique à venir », il s’agit somme toute de penser la « possibilité d’un monde commun[68] », pour reprendre un terme de Michel Agier, non comme « une pensée pacifiée du monde, comme si le monde commun devait être sans conflit. Or, cette omission du conflit n’est rien d’autre qu’une omission de la politique[69] ». L’anthropologue cherche à penser un cosmopolitisme, qu’il définit comme le « cadre anthropologique et sociologique qui forme la base et la condition d’une possible, éventuelle, cosmopolitique[70] ». Et ce qu’il nomme « condition cosmopolite », c’est « au sens d’une expérience vécue, quotidienne et ordinaire, une expérience du partage du monde, aussi inégalitaire et violente soit-elle[71]. »

Dans quelle mesure est-il possible de penser un partage ? C’est là un des enjeux du terme de « Willkommenskultur » (« culture de l’accueil ») dont les Flüchtlingsromane représentent autant de variations – le terme « Willkommenskultur » est très discuté et contesté, compris différemment selon les positions, un terme à la mode mais qui repose sur une véritable volonté politique, il s’agit, selon la définition du juriste Orkan Kösemann, « [d’]une attitude fondamentale d’ouverture et d’acceptation envers les migrants au niveau individuel, organisationnel et sociétal[72]. » Différents aspects (individuel, associatif, étatique, juridique etc.) en sont représentés et discutés dans les romans traitant des réfugiés, qui ce faisant rendent compte de l’ampleur et des limites du concept, en font une critique négative ou non. Le texte qui va le plus loin en la matière est sans conteste celui de Carlos Peter Reinelt Willkommen und Abschied (« Bienvenue et adieu », titre d’un poème de Goethe) qui rapporte ce qui a été appelé la « tragédie de Parndorf », la mort de 71 réfugiés asphyxiés dans un camion en Autriche. La perspective est celle d’un des réfugiés qui va trouver la mort dans ce camion et le dispositif mis en place est particulièrement inhabituel. À l’intérieur d’une marge constituée du titre de Goethe (répété à l’infini et écrit en gothique) se déploie le récit qui, au départ, suit un fil narratif tout à fait clair, pour se voir ensuite réduit à des bribes de phrases au fur et à mesure que la panique l’emporte. La suffocation est progressive et se fait sentir dans le rythme de la phrase comme dans le fond de page qui s’assombrit peu à peu jusqu’à rendre le texte illisible. Le narrateur se raccroche à l’idée d’être le bienvenu en Autriche ainsi qu’aux idées toutes faites sur l’Europe qui vont de pair avec elle et qui justifient son choix : « dans peu de temps, je serai en Autriche, et tout ça en aura valu la peine[73]. » L’asphyxie présente est supportée pour échapper au danger de mort en Syrie : le retour est aussi impossible que ne l’est l’arrivée, il n’est d’autre échappatoire que la mort. Sascha Feuchert s’interroge, et il n’est pas le seul, sur la légitimité d’une telle entreprise littéraire, puis il ajoute cette question : « de la bonne littérature est-elle pensable sans un certain dépassement engagé des limites[74] ? » La notion d’engagement est effectivement d’importance ici. La proposition de Carlos Peter Reinelt peut être considérée comme engagée, audacieuse ou surprenante, elle est tout autant discutable dans le sens où elle peut suggérer non seulement une certaine provocation, mais aussi, et ce contre la volonté déclarée de l’auteur, du voyeurisme et du cynisme. En outre, le lien explicite fait avec Ruth Klüger (et donc avec les wagons partant pour Auschwitz) est-il légitime et, de manière générale, la volonté de témoigner pour ceux qui ne le peuvent plus l’est-elle aussi ? (cf. Paul Celan : « Niemand / zeugt / für den Zeugen[75] », « Nul ne témoigne pour le témoin »). Mais surtout, Carlos Peter Reinelt a-t-il trouvé et choisi la forme adéquate pour le faire ? Quelle que soit la façon d’appréhender ce texte, il lance un appel clair à la discussion : quelle part de responsabilité doit et peut endosser la littérature quant à la question de réfugiés ?

 

Dans le cours de poétique que Terézia Mora donne à Francfort/Main en 2014, dix ans donc après la parution de Alle Tage, l’écrivain s’arrête sur la responsabilité formelle et éthique de la littérature : « Dans le fond, il s’agit toujours de trouver comment faire pour agir[76]. » La littérature doit déterminer son propre rôle et se décider à agir, Terézia Mora emploie pour ce faire le terme « losgehen » (partir, se lancer): « Un auteur qui ne se lance pas, qui ne trouve pas son instrument et n’apprend pas à s’en servir, ne crée pas de récit et ne se développe donc pas lui-même[77]. » Dans Alle Tage, la personne hautement énigmatique de Abel Nema, réfugié apatride, polyglotte et muet, auquel il arrive autant de miracles que de tragédies, dont l’identité est tout à la fois douteuse, bafouée, reniée, perdue, inexistante, renferme toutes les contradictions et vient interroger nécessairement les individus qu’il côtoie ainsi que la société dans laquelle il se meut – son épouse (par mariage blanc) va s’interroger non seulement sur son identité, mais aussi sur la condition et le statut des réfugiés et sur son propre rôle à jouer, le professeur qui l’accueille se questionne sur le sens profond de son engagement etc.). En outre, la position de l’État et des représentants de l’autorité publique (que la situation de Abel Nema désarçonne) est mise en question : quel engagement, comment, jusqu’à quel point ?

Toutes ces questions sont posées également dans le roman Dorothee Elmiger, notamment à travers la reprise et la variation de la phrase : « Je dois agir en fonction de ce que la situation exige de moi[78]. » Cet impératif est endossé par les personnages selon leur rôle professionnel ou social : il en va de la responsabilité morale de chacun, une dimension présente dans de nombreux romans. Jenny Erpenbeck en fait une question centrale de son roman : pour ce faire, elle souligne à outrance les parallèles entre la situation confortable des Allemands et la situation de détresse extrême dans laquelle se trouvent les réfugiés, elle insiste aussi sur la culpabilité allemande sous le nazisme à laquelle elle mêle l’idée d’une dette : « Je m’imagine toujours qu’il nous faudra fuir à nouveau et que personne ne nous aidera[79]. » De manière générale, la notion de responsabilité collective est récurrente dans les romans – ce qui rappelle le « vous êtes embarqué » de Pascal dans les Pensées[80] –, Dorothee Elmiger fait dire à un de ses personnages : « Non, non, ai-je expliqué, nous sommes tous liés sous un rapport ou un autre – même si ça n’est pas évident[81]. » Nulle évidence en effet quand tout reste encore à définir, d’où le dispositif de son texte qui entrecroise les réactions, les réflexions, les questionnements et les appels à une responsabilité individuelle et collective, comme dans cet exemple où un philosophe s’interroge sur une chaîne de télévision suisse : « À mon avis, il s’agit de poser une question simple : Les États doivent-ils avoir le droit de limiter l’immigration sur leur territoire comme bon leur semble[82] ? » La question, introduite comme si elle était de l’ordre individuel (le texte allemand dit littéralement « la question que nous devrions nous poser »), dépasse cette dimension et signifie un appel – avec la double distance de la réflexion philosophique et du filtre des médias – à la responsabilité politique, un appel à chaque État en particulier et aux États européens dans leur ensemble.

Or, il se trouve que cet appel ne se trouve pas seulement formulé dans la fiction. Une chose est frappante : à la fin du roman de Jenny Erpenbeck, après les remerciements, un encadré indique un site Internet et des coordonnées bancaires et lance un appel à faire des dons pour l’aide aux réfugiés, à la fin de l’essai de Navid Kermani, Einbruch der Wirklichkeit, est mentionnée une association pour l’aide aux réfugiés ainsi que sa page Internet (en France, une partie du prix du recueil Bienvenue[83], dans lequel 34 auteurs écrivent pour les réfugiés, est reversée au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés). Qu’un travail journalistique ou essayistique puisse avoir des fins sociales est concevable, en littérature toutefois ceci pose question : est-ce là l’objectif de la littérature ? Citons en guise de réponse cette formule de l’écrivain hongrois Lajos Kassák souvent reprise par Terézia Mora : « Kunst hat kein Ziel, sondern einen Grund » (« L’art n’a pas d’objectif, il a une raison[84] »).

 

Un des fondements, une des raisons, consiste en l’observation critique de situations conflictuelles comme en la nécessité d’inventer un autre « nous ». Ceci rappelle une idée développée par Édouard Glissant dans son Traité du Tout-Monde : « La créolisation est la mise en contact de plusieurs cultures […] avec pour résultat une donnée nouvelle, toujours imprévisible par rapport à la somme ou à la simple synthèse de ces éléments[85]. » C’est bien en effet sa dimension imprévisible qui rend la chose complexe, puisque tout est à inventer ou à réinventer. Un appel de Giorgio Agamben va dans le même sens : « Le réfugié doit être considéré pour ce qu’il est, c’est-à-dire rien de moins qu’un concept-limite qui met radicalement en crise les fondements de l’État-nation, et en même temps ouvre le champ à de nouvelles catégories conceptuelles[86]. » Il demande en ce sens à redéfinir, entre autres, la trinité État-nation-territoire, à inventer de nouvelles relations internationales dépassant le concept de frontières entre deux États-nations. Le besoin est grand d’inventer de nouveaux concepts, en cela aussi la philosophie et la littérature convergent, d’où les diverses propositions des romans.

Inventer un autre « nous » en Allemagne, c’est ce que fait Zafer Şenocak dans Gefährliche Verwandtschaft où le narrateur pense, par exemple, un « trialogue entre Allemands, Juifs et Turcs, entre chrétiens, juifs et musulmans[87] », une vision conçue dans une lignée humaniste d’ouverture et de tolérance qu’il développe et dont il souligne par la suite non sans ironie le caractère utopique. Du moins a-t-il énoncé la nécessité de trouver un nouvel équilibre et d’inventer ou de réinventer un « nous » au présent. Dans un même ordre d’idées, nombre de Flüchtlingsromane donnent à voir une hybridité vécue, un biculturalisme ou transnationalisme selon les situations. C’est le cas de Shida Bazyar, Vladimir Vertlib, Irena Brežná, Olga Grjasnowa ou encore Marica Bodrožić, dans les œuvres desquels le lecteur découvre un autre registre que la simple dichotomie familier/étranger. Shida Bazyar décrit une expérience de biculturalisme vécue au quotidien, ce que celle-ci implique : notamment le rapport d’une jeune fille à l’Iran, quitté alors qu’elle était enfant, ainsi qu’à sa famille iranienne, les tensions dans les rapports entre parents et enfants qui s’inversent en permanence du fait que les enfants maîtrisent mieux l’allemand et les codes de la société allemande que leurs parents, mais moins le persan et les codes iraniens. Mais le texte va plus loin en présentant plusieurs formes de biculturalisme – celui de cette jeune fille, celui de ses parents, celui de son frère et de sa sœur qui, plus jeunes, n’ont pas connu l’Iran – et, plus largement, les cinq perspectives proposées dans les cinq parties du roman, avec leurs différentes nuances et interrogations, sont autant de façons de vivre et de comprendre les enjeux et le sens du biculturalisme. En d’autres termes, il existe autant de formes d’hybridité que d’expériences vécues de celle-ci. De même, dans le roman de Olga Grjasnowa, le personnage principal, Mascha, vient d’Azerbaïdjan, est Juive, parle arabe mais pas l’hébreu, elle est aussi Allemande – une identité transnationale qui désoriente sans cesse, le comble de la confusion étant atteint lors de son passage en Palestine. Dans ce roman, l’auteur invente des liens et une communauté entre migrants de tous horizons : les amis les plus proches de Mascha sont un Turc et un Libanais. « Les lignes de connexion transnationales des personnages », écrit Sonja Dickow, « constituent un réseau qui relie les différentes expériences historiques, religieuses et politiques de l’exil[88]. » Mascha fait partie de ces figures qui constituent « des affiliations et des communautés alternatives, qui dépassent de loin toute identification nationale et toute appartenance claire à un groupe[89]. » Il s’agit ici de penser une nouvelle manière de vivre ensemble.

Se référant au roman de Saša Stanišić Wie der Soldat das Grammofon repariert, dans lequel le narrateur enfant doit fuir la Bosnie – où il vit pourtant dans une communauté paisible constituée de plusieurs nationalités et de religions – pour échapper à la guerre et se réfugier en Allemagne, Sandra Narloch parle d’un « plaidoyer pour l’évolution de nouveaux modèles communautaires qui donnent une place à la différence et à des appartenances multiples[90]. » Une telle définition pourrait s’appliquer à bien d’autres Flüchtlingsromane, ainsi Dorothee Elmiger accorde-t-elle une place non négligeable à la quête de nouveaux modèles de communauté : c’est le sens des réflexions sur les « familistères » (à la manière des phalanstères de Fourier) pensés sur le modèle naturel d’une ruche (d’où le titre de la traduction française du roman : La société des abeilles). Les romans pensent ainsi une communauté au sein de laquelle chacun pourrait apporter sa propre contribution. Irena Brežná développe quelque chose de l’ordre d’une utopie aussi (et certains des romans en question ne sont pas exempts non plus d’une dimension utopique) :

Dans les trains, je me mets avec des gens de différentes cultures. Nous constituons alors toute une famille. Et j’ai l’impression que le train qui roule avec un bruit assourdi est une machine à coudre qui recoud le monde déchiré. […] Notre table devient chaque année de plus en plus polyglotte. L’étrangeté est comme la bouillie magique qui déborde sur le pays et sur tout le continent. Mais si je regarde bien, chaque étranger est différent. Il va nous falloir trouver de nouveaux concepts et de nouvelles images.[91]

 

« Trouver de nouveaux concepts et de nouvelles images » représente un des enjeux majeurs de ces romans. La littérature de l’exil passe ainsi de la pensée d’une autre Allemagne (dans la littérature de l’exil sous le nazisme) à celle d’une société multiple (dans la littérature traitant des réfugiés en Europe aujourd’hui), pensée que nous empruntons à Doerte Bischoff et Susanne Komfort-Hein dont un article est intitulé : « Vom anderen Deutschland zur Transnationalität[92] » (« De l’autre Allemagne à la transnationalité »).

 

 

Dans un article datant du 18 mars 2011, Frank Schirrmacher déplore le manque d’engagement général de la littérature de langue allemande et déclare : « Aujourd’hui notre présent offre de nombreuses raisons de retrouver du politique en littérature[93]. » Les interrogations et mises en question propres aux Flüchtlingsromane représentent un engagement politique certain. Qui mieux que la fiction, avec ses ambiguïtés et ses zones d’ombre, ses contradictions et son « attitude sceptique[94] », pour reprendre un terme de Zafer Şenocak, peut permettre de s’approcher au plus près de la réalité vécue aujourd’hui aux frontières de l’Europe et en son sein ? La description précise et nuancée de situations conflictuelles, souvent insoutenables, vient dénoncer des pratiques mises en place par les démocraties européennes. Pourtant rappelle Navid Kermani : « L’Europe n’est justement pas un État-nation élargi, mais un moyen de désamorcer politiquement les différences afin de les préserver[95]. » D’où l’appel dans les Flüchtlingsromane à plus de tolérance et d’humanisme à l’instar de Zafer Şenocak qui invoque par exemple « l’humanisme dans la tradition des Lumières allemandes comme seule religion valable de son temps[96] ». Il est de la responsabilité de la littérature, ceci est évident dans les romans en question, de donner un visage à ceux qui se perdent dans un collectif indéfini, de relever les clichés et les stéréotypes, les mécanismes d’exclusion non seulement institutionnels, mais aussi sociaux, linguistiques dont les réfugiés font l’objet. La littérature donne à voir les conflits de notre époque et se révèle en cela hautement politique. Mais il est aussi de son ressort « d’aller jusqu’au bout de la signification des mots[97] », comme l’écrit Senthuran Varatharajah, de mieux comprendre et d’être en mesure d’inventer de nouveaux concepts pour aider à penser un monde à venir, un monde commun.

 

 

 

 

Flüchtlingsromane – Bibliographie

 

 

Littérature primaire (par ordre chronologique) :

 

 

Trojanow Ilija, Die Welt ist groß und Rettung lauert überall, Munich : Hanser, 1996.

 

Vertlib Vladimir, Zwischenstationen, Vienne : Franz Deuticke Verlag, 1999.

 

Dinev Dimitré, Engelszungen, Vienne : Franz Deuticke Verlag, 2003.

 

Mora Terézia, Alle Tage, Munich : Luchterhand, 2004.

 

Stanišić Saša, Wie der Soldat das Grammofon repariert, Munich : Luchterhand, 2006.

 

Bodrožić Marica, Sterne erben, Sterne färben, Francfort/Main : Suhrkamp, 2007.

 

Khider Abbas, Der falsche Inder, Hambourg : Nautilus Verlag, 2008.

 

Kermani Navid, Wer ist wir? Deutschland und seine Muslime, Munich : Beck, 2009.

 

Grjasnowa Olga, Der Russe ist einer, der Birken liebt, Munich : Hanser, 2012.

 

Brežná Irena, Die undankbare Fremde, Cologne : Kiepenheuer &Witsch, 2012.

 

Kermani Navid, Ausnahmezustand, Munich : Beck, 2013.

 

Elmiger Dorothee, Schlafgänger, Cologne : Dumont, 2014.

            En français : La société des abeilles, traduit par Lila Van Huyen, Éditions d’en bas, 2016.

 

Erpenbeck Jenny, Gehen, ging, gegangen, Munich : Knaus, 2015.

 

Şenocak Zafer, Gefährliche Verwandtschaft, Munich : Babel Verlag, [1998] 2016.

 

Reinelt Carlos-Peter, Willkommen und Abschied, Göttingen : Wallstein Verlag, 2016.

 

Khider Abbas, Ohrfeige, Munich : Hanser, 2016.

 

Varatharajah Senthuran, Vor der Zunahme der Zeichen, Francfort/Main : Fischer, 2016.

 

Bazyar Shida, Nachts ist es leise in Teheran, Cologne : Kiepenheuer &Witsch, 2016.

            En français : Les nuits sont calmes à Téhéran, traduction de Barbara Fontaine, Slatkine et Cie, 2018.

 

Kermani Navid, Einbruch der Wirklichkeit, Munich : Beck, 2016.

 

Haslinger Josef et Sperr Franziska (dir.), Zuflucht in Deutschland, Texte verfolgter Autoren, Francfort/Main : Fischer, 2017.

 

Trojanow Ilija, Nach der Flucht, Francfort/Main : Fischer, 2017.

 

Martynova Olga, Über die Dummheit der Stunde, Francfort/Main : Fischer, 2018.

 

Stanišić Saša, Herkunft, Munich : Luchterhand, 2019.

 

 

 

 

Littérature secondaire (bibliographie citée) :

 

 

Agamben Giorgio, Moyens sans fins, Traduit de l’italien par Danièle Valin, Paris : Payot & Rivages, 1995.

 

Agier Michel, Les migrants et nous, Paris : CNRS Editions, 2016.

 

Arendt Hannah, Wir Flüchtlinge [1943], Ditzingen : Reclam, 2018. Traduction française de Sylvie Courtine-Denamy, Paris : Le Seuil, 2013.

 

Bischoff Doerte et Komfort-Hein Susanne (dir.), Literatur und Exil, Berlin : de Gruyter, 2013.

 

Bischoff Doerte et Komfort-Hein Susanne, « Vom anderen Deutschland zur Transnationalität », in Exilforschung. Ein internationales Jahrbuch 30/2012, p. 242-273.

 

Clemens Manuel, « Neue Sinnstifter », in Niemandsbuchten und Schutzbefohlene. Flucht-Räume und Flüchtlingsfiguren in der deutschsprachigen Gegenwartsliteratur. Ed. par Thomas Hardtke, Johannes Kleine et Charlton Payne. Göttingen : V&R unipress, 2017, p. 259-267.

 

Dickow Sonja, « Exil und transnationale Lebenswelten », in exilograph, n°21, hiver 2013/2014, p. 5-7.

 

Feuchert Sascha, « Engagiert von der Flüchtlingskrise erzählen? Carlos Peter Reinelt: Willkommen und Abschied », p. 9, communication présentée lors d’un colloque organisé à Łódź en 2017 : Engagierte Literatur im deutschsprachigen Raum nach 1989, à paraître.

 

Glissant Édouard, Traité du Tout-Monde, Paris : Gallimard, 1997.

 

Goldschmidt Georges-Arthur, Une langue pour abri, Grane : Créaphis, 2009.

 

Hammelehle Sebastian, « Opfer und Täter », in Der Spiegel 5, 2016, p.130-131.

 

Holzner Johann, « Die gefesselten Phantasien der Grenzgänger », communication présentée lors d’un colloque organisé à Łódź en 2017 : Engagierte Literatur im deutschsprachigen Raum nach 1989, à paraître.

 

Kramatschek Claudia, « Von Wutreden und den Grenzen der Sprache », in Deutschlandfunk Kultur, 15/04/2016, [https://www.deutschlandfunkkultur.de/raeume-der-flucht-in-der-literatur-von-wutreden-und-den.976.de.html?dram:article_id=351304]

 

Mora Terézia, « Ich bin ein Teil der deutschen Literatur, so deutsch wie Kafka », in Literaturen, 4, 2005, p. 26-31.

 

Münkler Herfried, Die neuen Kriege, Reinbek bei Hamburg : Rowohlt, 2002.

 

Narloch Sandra, « Der Chefgenosse des Unfertigen », in exilograph, n°21, hiver 2013/2014, p. 8-9.

 

Pascal Blaise, Pensées, Paris : Classiques Garnier, la Pochothèque, 1992.

 

Schirrmacher Frank, « Eine Stimme fehlt », in FAZ, 18/3/2011.

 

 

 

 

 

[1] Elmiger Dorothee, Schlafgänger, Cologne : Dumont, 2014, p. 85. Dans la traduction française : La société des abeilles, traduit par Lila Van Huyen, Lausanne : Éditions d’en bas, 2016, p. 71.

[2] Voir bibliographie en fin d’article.

[3] Münkler Herfried, Die neuen Kriege, Reinbek : Rowohlt, 2002.

[4] Kermani Navid, Wer ist wir? Deutschland und seine Muslime, Munich : Beck, 2009.

[5] Ibid, p. 127.

[6] Martynova Olga, Über die Dummheit der Stunde, Francfort/Main : Fischer, 2018, p. 99.

[7] Titre d’une Journée d’étude de l’INED (Institut national d’études démographiques) le 18 mars 2016 : « Crise des migrants : décentrer le regard », co-organisée par Cris Beauchemin (Ined) et Jean-Luc Primon (Unice-iPOPs).

[8] Arendt Hannah, Wir Flüchtlinge [1943], Ditzingen : Reclam, 2018, p. 25. Trad. fr. de Sylvie Courtine-Denamy, Paris : Le Seuil, 2013, phrase non traduite.

[9] Elmiger Dorothee, Schlafgänger, op. cit., p. 86s. Dans la traduction française p. 72.

[10] C’est le cas, par exemple, dans le roman de Abbas Khider Der falsche Inder (Le faux Indien): « Ein Flüchtling geht nicht wie ein normaler Mensch auf der Straße. » (« Un réfugié ne marche pas dans la rue comme un être humain normal. ») Khider Abbas, Der falsche Inder, Hambourg : Nautilus Verlag, 2008, p. 110.

[11] Cette idée rappelle le roman de Hans Sahl Die Vielen und die Wenigen (1959), sur l’exil des Allemands sous le nazisme.

[12] Varatharajah Senthuran, Vor der Zunahme der Zeichen, Francfort/Main : Fischer, 2016, p. 68.

[13] Ibid, p. 30.

[14] Voir Michel Agier : « Babel, c’est la multiplication des situations de frontières dans un monde où de plus en plus de personnes bougent et qui devient un monde plein de frontières – sociales, culturelles, linguistiques, administratives, religieuses. » In : Les migrants et nous, Paris : CNRS Éditions, 2016, p. 42.

[15] Ibid, p. 54.

[16] Hammelehle Sebastian, « Opfer und Täter », in Der Spiegel 5, 2016, p.130-131, ici p. 131.

[17] Khider Abbas, Ohrfeige, Munich : Hanser, 2016, p. 115.

[18] Hammelehle Sebastian, « Opfer und Täter », op. cit., p. 131.

[19] Khider Abbas, Ohrfeige, op. cit., p. 66.

[20] Voir Claudia Kramatschek dans un reportage pour Deutschlandfunk Kultur : « Von Wutreden und den Grenzen der Sprache », in Deutschlandfunk Kultur, 15/04/2016, [https://www.deutschlandfunkkultur.de/raeume-der-flucht-in-der-literatur-von-wutreden-und-den.976.de.html?dram:article_id=351304]

[21] Elmiger Dorothee, Schlafgänger, op. cit., p. 139. Dans la traduction française p. 115.

[22] Martynova Olga, Über die Dummheit der Stunde, op. cit., p. 99s.

[23] Kermani Navid, Wer ist wir?, op. cit., p. 144.

[24] Varatharajah Senthuran, Vor der Zunahme der Zeichen, op. cit., p. 191.

[25] Brežná Irena, Die undankbare Fremde, Cologne : Kiepenheuer &Witsch, 2012, p. 65s.

[26] Idem.

[27] Grjasnowa Olga, Der Russe ist einer, der Birken liebt, Munich : Hanser, 2012, p. 63.

[28] Bazyar Shida, Nachts ist es leise in Teheran, Cologne : Kiepenheuer &Witsch, 2016, p. 76. En français : Les nuits sont calmes à Téhéran, traduction de Barbara Fontaine, Paris : Slatkine et Cie, 2018, p. 69.

[29] Mora Terézia, Alle Tage, Munich : Luchterhand, 2004.

[30] Mora Terézia, « Ich bin ein Teil der deutschen Literatur, so deutsch wie Kafka », in Literaturen, 4, 2005, p. 30.

[31] Brežná Irena, Die undankbare Fremde, op. cit., p. 65s.

[32] Idem.

[33] Haslinger Josef et Sperr Franziska (dir.), Zuflucht in Deutschland, Texte verfolgter Autoren, Francfort/Main : Fischer, 2017.

[34] Bischoff Doerte et Komfort-Hein Susanne (dir.), Literatur und Exil, Berlin : de Gruyter, 2013.

[35] Dickow Sonja et Narloch Sandra, « Zur Konjunktur von Exilerzählungen in der neueren Literatur », in exilograph, n°21, hiver 2013/2014, p. 1-2, ici p. 2.

[36] Brežná Irena, Die undankbare Fremde, op. cit., p. 8.

[37] Ibid, p. 122.

[38] Ibid, p. 110.

[39] Varatharajah Senthuran, Vor der Zunahme der Zeichen, op. cit., p. 209.

[40] Bischoff Doerte et Komfort-Hein Susanne, « Vom anderen Deutschland zur Transnationalität », In Exilforschung. Ein internationales Jahrbuch 30/2012, p. 242-273, ici p. 267.

[41] Grjasnowa Olga, Der Russe ist einer, der Birken liebt, op. cit., p. 12.

[42] Ibid, p. 57.

[43] Holzner Johann, « Die gefesselten Phantasien der Grenzgänger », communication présentée lors d’un colloque organisé à Łódź en 2017 : Engagierte Literatur im deutschsprachigen Raum nach 1989, à paraître.

[44] À la manière dont le faisait la Nouvelle Objectivité, voir Josef Roth « Ich habe nichts erfunden, nichts komponiert. Es handelt sich nicht mehr darum, zu ‘dichten’. Das Wichtigste ist das Beobachtete. » dans Flucht ohne Ende, 1927.

[45] Khider Abbas, Der falsche Inder, op. cit., p. 154.

[46] C’est ce que commente également Johann Holzner dans « Die gefesselten Phantasien der Grenzgänger », op. cit.

[47] Bodrožić Marica, Sterne erben, Sterne färben, Francfort/Main : Suhrkamp, 2007.

[48] Cette réflexion peut être mise en parallèle avec l’essai Une langue pour abri de Georges-Arthur Goldschmidt qui présente de la même façon une réflexion sur la langue et la mémoire, cette fois dans la perspective d’un enfant Juif réfugié en France. Voir Goldschmidt Georges-Arthur, Une langue pour abri, Grane : Créaphis, 2009.

[49] Şenocak Zafer, Gefährliche Verwandtschaft, Munich : Babel Verlag, [1998] 2016, p. 53.

[50] Dorothee Elmiger dans Schlafgänger fait également des parallèles avec d’autres exils comme, entre autres, l’histoire familiale d’une migration entre la Suisse et les États-Unis au 19e siècle ou le récit de Mexicains cherchant à traverser la frontière américaine.

[51] Kermani Navid, Wer ist wir?, op. cit., p. 12.

[52] Par exemple : Elmiger Dorothee, Schlafgänger, op. cit., p. 85 : « il s’agit en fait de gens ordinaires, c’est bien là la grande erreur qu’on commet sans cesse, désormais ces personnes nouvellement arrivées n’évoquent plus rien à quiconque […]. » Dans la traduction française p. 71.

[53] Kermani Navid, Einbruch der Wirklichkeit, Munich : Beck, 2016, p. 13.

[54] Navid Kermani évoque aussi le « spectre » qui menace l’Europe et tous les clichés sur les jeunes hommes musulmans.

[55] Brežná Irena, Die undankbare Fremde, op. cit., p. 104.

[56] Elmiger Dorothee, Schlafgänger, op. cit., p. 114. Dans la traduction française p. 94.

[57] Agamben Giorgio, Moyens sans fins, Traduit de l’italien par Danièle Valin, Paris : Payot & Rivages, 1995, p. 30.

[58] Hannah Arendt, Wir Flüchtlinge, op. cit., p. 32s. Dans la traduction française p. 15.

[59] Brežná Irena, Die undankbare Fremde, op. cit., p. 109.

[60] Idem.

[61] Mora Terézia, Alle Tage, op. cit., p. 264.

[62] Ibid., p. 48-49.

[63] Erpenbeck Jenny, Gehen, ging, gegangen, Munich : Knaus, 2015.

[64] Khider Abbas, Ohrfeige, op. cit., p. 104.

[65] Clemens Manuel, « Neue Sinnstifter », in Niemandsbuchten und Schutzbefohlene. Flucht-Räume und Flüchtlingsfiguren in der deutschsprachigen Gegenwartsliteratur. Ed. par Thomas Hardtke, Johannes Kleine et Charlton Payne. Göttingen : V&R unipress, 2017, p. 259-267.

[66] Hannah Arendt, Wir Flüchtlinge, op. cit., p. 35. Dans la traduction française p. 16.

[67] Agamben Giorgio, Moyens sans fins, op. cit., p. 26.

[68] Agier Michel, Les migrants et nous, op. cit., p. 43.

[69] Ibid, p. 44.

[70] Idem.

[71] Ibid, p. 46.

[72] Kösemann Orkan, « Willkommenskultur in Deutschland, mehr als nur ein Modewort? », Policy Brief Migration, Gütersloh : Bertelmanns Stiftung, 12/2017, p. 2. Article téléchargeable sur [https://www.den-menschen-im-blick.de/aktuell/2017/willkommenskultur-in-deutschland.-mehr-als-nur-ein-modewort]

[73] Reinelt Carlos-Peter, Willkommen und Abschied, Göttingen : Wallstein Verlag, 2016, sans pagination, 11e page.

[74] Feuchert Sascha, « Engagiert von der Flüchtlingskrise erzählen? Carlos Peter Reinelt: Willkommen und Abschied », p. 9, communication présentée lors d’un colloque organisé à Łódź en 2017 : Engagierte Literatur im deutschsprachigen Raum nach 1989, à paraître.

[75] Derniers vers du poème « Aschenglorie » de Paul Celan paru dans Atemwende (1967).

[76] Mora Terézia, Nicht sterben, Munich : Luchterhand, 2014, p. 7.

[77] Ibid, p. 8.

[78] Elmiger Dorothee, Schlafgänger, op. cit., p. 132. Dans la traduction française p. 109.

[79] Erpenbeck Jenny, Gehen ging gegangen, op. cit., p. 120.

[80] Pascal Blaise, Pensées, Paris : Classiques Garnier, la Pochothèque, 1992, p. 1211.

[81] Elmiger Dorothee, Schlafgänger, op. cit., p. 96. Dans la traduction française p. 80.

[82] Ibid, p. 52. Dans la traduction française p. 44.

[83] Bienvenue, 34 auteurs pour les réfugiés, Paris : Points, 2015.

[84] Formule citée dans : Mora Terézia, « Über die Drastik », In : Bella triste (Automne 2006), n° 16, p. 68–74, ici p. 68s.

[85] Glissant Édouard, Traité du Tout-Monde, Paris : Gallimard, 1997, p. 37.

[86] Agamben Giorgio, Moyens sans fins, op. cit., p. 33s.

[87] Şenocak Zafer, Gefährliche Verwandtschaft, op. cit., p. 89.

[88] Dickow Sonja, « Exil und transnationale Lebenswelten », in exilograph, n°21, hiver 2013/2014, p. 5-7, ici p. 6.

[89] Idem.

[90] Narloch Sandra, « Der Chefgenosse des Unfertigen », in exilograph, n°21, hiver 2013/2014, p. 8-9, ici p. 9.

[91] Brežná Irena, Die undankbare Fremde, op. cit., p. 136s.

[92] Bischoff Doerte et Komfort-Hein Susanne, « Vom anderen Deutschland zur Transnationalität », op.cit. p. 242-273.

[93] Schirrmacher Frank, « Eine Stimme fehlt », in FAZ, 18/3/2011.

[94] Şenocak Zafer, Gefährliche Verwandtschaft, op. cit., p. 59.

[95] Kermani Navid, Wer ist wir?, op. cit., p. 141.

[96] Şenocak Zafer, Gefährliche Verwandtschaft, op. cit., p. 57.

[97] Varatharajah Senthuran, Vor der Zunahme der Zeichen, op. cit., p. 249.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.