L’exil et ses ressources. Une discussion entre Moyen Age et époque contemporaine

img_0114

L’exil et ses ressources. Une discussion entre Moyen Age et époque contemporaine

IHA, Paris, 1er décembre 2016

www.dhi-paris.fr

Loin de cette période à la culture monolithique dont les siècles suivants ont dressé un portrait, le Moyen Age affiche une forte complexité dont précisément les siècles porteurs de la modernité se sont éloignés par une rationalisation croissante. Notre présent retrouve un foisonnement idéologique qu’il est sans doute commode de baptiser post-modernisme. Une telle considération vient justifier l’idée a la base de l’atelier qui s’est tenu le 1er décembre à Paris à l’Institut historique allemand à l’initiative d’un groupe de recherche du Kunsthistorisches Institut de Florence et auquel la Chaire « Exil et migrations » était conviée : comparer les deux époques quant a la question de l’exil en invitant a débattre médiévistes et contemporanéistes.

Outre les apports spécifiques des différents débats, j’en ai tiré deux conclusions majeures. La première – une confirmation – touche a la force subversive de la notion d’exil sur le plan épistémologique. Avec évidence pour la période moderne, poser la question de l’exil oblige à redéfinir tout le cadre conceptuel dans lequel la question est posée (territoire, nation, appartenance, etc.), raison pour laquelle les politiques actuelles d’accueil des migrants, fondées sur des principes obsolètes, s’avèrent inefficaces. Il en est de même pour le Moyen Age.

La seconde prend sa valeur dans le cadre des pratiques d’accompagnement des migrants aujourd’hui, celles et ceux provenant d’Afrique. L’ensemble des croyances, des conceptions et des représentations qui façonnent leur rapport au monde, ce qu’on peut appeler un paysage mental, révèle de profondes divergences avec les visions du monde occidentales. Un exemple, crucial pour ce qui nous occupe : la conception de la spatialité. Interroger un paysage mental tel qu’il a pu se développer au Moyen Age et dont les paramètres ne sont plus reconduits suscite un exercice de déplacement, d’extériorisation, d’ « estrangement » qui permet de comprendre et d’admettre la coexistence de systèmes de penser et de sentir différents.

J’ai aussi recueilli une information lexicale savoureuse, et même craquante : en Italie, les spécialistes de Dante sont appelés des « dantistes ».

 

A. N.

Plus d’analyses sur l’atelier à venir.

img_0123 img_0133


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.