Tous les articles par Alexis Nuselovici

Nous sommes tous des exilés

(Écrit fin 2015) 

NOUS SOMMES TOUS DES EXILÉS

« Je suis Charlie ». Avec le nom viennent une identité et un lieu. Si Charlie vient de Charlie HebdoCharlie Hebdo du mensuel Charlie et que ce dernier prit son nom de la BD américaine Peanuts, le personnage de Charlie (Brown) y possède une maison, typiquement américaine avec ses lattes de bois en façade et son intérieur aux profonds fauteuils, rideaux à fleurs, meuble-télé et téléphone de bakélite noire. Bref, le confort du sédentaire qui s’étend jusqu’à Snoopy, lequel peut passer beaucoup de temps à méditer sur le toit de sa niche puisque, au moins, il a un toit.

Charlie Hebdo eut plusieurs maisons, jouant à la marelle dans les arrondissements parisiens, avant d’être hébergé par Libération suite au carnage du 7 janvier 2015. C’est parce que le journal avait une porte que les assassins purent y sonner. Quant au Charlie en bonnet et en pull à rayures blanches et rouges, si l’on peut se demander « Où est-il ? », c’est bien qu’il se trouve normalement quelque part. À noter qu’il se nomme Wally en Grande-Bretagne et Waldo aux Etats-Unis, ce qui contraindrait le Charlie français au statut de SDF dans ces pays-là.

Bref, Charlie a un nom, une identité et un lieu de résidence. Est-ce la raison pour laquelle des millions de personnes, possédant pareillement un nom, des papiers et une demeure purent affirmer « Je suis Charlie » tandis que personne n’est jamais descendu dans la rue en criant « Je suis (un) migrant » ou « Je suis (un) exilé », un exilé  sans nom, sans visa et sans abri ? Car force est de constater que  face à la grave crise qui frappe l’Europe quant à l’exil de masse contemporain (des milliers de morts, des milliers de détenus dans des conditions misérables, des milliers de clandestins en survie dans les  jungles, camps et autres bidonvilles multipliés), les opinions publiques semblent indifférentes alors même que les média en traitent désormais abondamment.  Aucun émoi à la mesure de la nation en France, comparable à celui qui animait les défilés du 11 janvier.

Ce constat désabusé ne s’inscrit aucunement dans le contexte du débat instauré depuis quelque temps sur la légitimité et la justesse de  l’esprit dudit 11 janvier. Il ne prétend pas non plus s’appuyer sur un décompte comparatif des morts,  jamais acceptable. Toute tentative thanatométrique est à la fois obscène et inutile dans la mesure où une mort en vaut non seulement une autre mais toutes les autres. Que la cause et la mémoire des 17 victimes de janvier représentent un enjeu moral et social indiscutable n’empêche pas de s’étonner de ce que les navires sombrant en Méditerranée avec des centaines d’exilés à bord ne suscitent aucune réaction collective massive de révolte et de protestation.

Image result for henri michaux copyright free

Untitled Chinese Ink Drawing 1961 Henri Michaux Purchased 1963 http://www.tate.org.uk/art/work/T00577

Il ne s’agit pas de mettre en doute la compassion que provoque la répétition des morts en masse. Pourquoi, cependant, cette conscience ne se traduit-elle pas par des appels à regroupement ou manifestation ? Ne serait-ce pas que ces morts soient, précisément, de masse ? Que le phénomène soit similaire à la sidération qui suit les génocides ? Si le deuil peut être porté à plusieurs, il semble qu’il l’est difficilement pour plusieurs et que la conscience humaine ne parvienne pas à mobiliser ses affects en regard d’une  pluralité de morts. Et, puis, seconde hypothèse, qu’il soit difficile de se mobiliser pour des hommes, des femmes, des enfants dont on ne sait rien sinon, vaguement,  le pays d’origine et l’itinéraire. Nul besoin d’être lévinassien pour admettre que la solidarité a besoin d’un visage vers lequel s’exercer.

Alors que Cannes accordait en 2015 sa palme d’or à un film, Dheepan, dont le principal personnage est un exilé ceylanais et que l’Académie française recevait Danny Laferrière dont le parcours d’écriture double le parcours des exils successifs, il est déplorable que la France, entre autres pays européens, ignore le profil de ces migrants anonymes qu’elle est vouée à accueillir et dont une partie meurt avant d’atteindre destination. Les partisans des frontières fermées ont beau jeu de se poser en preux défenseurs du territoire contre des hordes barbares et illettrées ; il revient aux journalistes, aux enseignants, aux acteurs associatifs de leur donner tort en dessinant le portrait de ceux et celles qui ne demandent qu’une vie décente dans un cadre pacifique à la pérennité duquel ils souhaitent contribuer.

Les opérations menées par l’Union européenne et son bras armé Frontex doivent être examinées, évaluées, jugées. Sauf que les décisions ne sont pas prises de manière autonome puisque le dispositif d’action octroie aux instances nationales les choix politiques guidant les stratégies d’intervention. Si les gouvernements ne reçoivent pas d’indications relatives aux sentiments de leurs citoyens, ils continueront selon les mêmes lignes  que les responsables européens ne pourront qu’entériner. En d’autres termes, Frontex n’est pas le seul front sur lequel se battre et les rues des villes européennes devraient constamment retentir de vibrants  « Je suis un exilé » qui montreraient que la population est fraternellement concernée.  Alternativement, si c’est le singulier qui dérange, nous souvenir du « Nous sommes tous des Juifs allemands » crié en 1968 et lancer alors « Nous sommes tous des migrants ».

Alexis Nouss

ROUND #6 – L’expérience de l’exil. Organisé par l’EHESS et le BAL, le Jeudi 2 février

Dans leur volonté de décloisonner les disciplines et d’inventer un nouveau format d’échanges, le bal et l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS) s’associent pour un cycle de “rounds”.
Chaque round invite, au cœur même de l’exposition du bal, un artiste et un chercheur en sciences sociales à interroger l’image comme lieu et enjeu d’interactions multiples.

europahd_0

Comment comprendre et représenter l’exil contemporain ? L’image, par sa capacité à représenter ce qui n’est plus là, à rendre présent ce qui est absent, a-t-elle une affinité particulière avec l’expérience de l’exil ? Quel rôle jouent la mémoire collective et la relation à l’histoire dans la constitution de cette expérience ? L’expérience contemporaine de l’exil, malgré ses spécificités, est-elle universelle ?

À l’occasion de ROUND #6 – L’expérience de l’exil, au sein de l’exposition Stéphane Duroy – Again and Again, Alexis Nouss, Professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, titulaire de la Chaire “Exil et migrations” de la Fondation maison des sciences de l’homme – FMSH, et le photographe Arno Gisinger réfléchissent ensemble à la représentation d’un exil contemporain, marqué par l’histoire du vingtième siècle.

Modération : Sylvain Bourmeau, journaliste, producteur de La Suite dans les idées sur France Culture et professeur associé à l’EHESS.

Arno Gisinger est photographe. Il travaille, dans le registre de la photographie documentaire, les relations entre histoire, mémoire et représentation. À travers ses projets, il propose une lecture contemporaine des formes et figures de l’histoire et porte un intérêt particulier à l’œuvre et la biographie de Walter Benjamin dans ses années d’exil. Il a publié en 2009 l’ouvrage Konstellation, Walter Benjamin en exil.

Alexis Nuselovici (Nouss) est Professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, Directeur du Groupe “Transpositions”, Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (Laboratoire EA4235), titulaire de la Chaire “Exil et migrations”, Collège d’études mondiales (FMSH). Son dernier ouvrage est La condition de l’exilé, aux Editions de la Maison des sciences de l’homme.

INFOS PRATIQUES

Réservation obligatoire / Jauge limitée
Renseignements : poret@le-bal.fr
Tarif unique : 6 euros

La tente

©A.N.

 

1/ Si par un jour d’hiver un voyageur …

Dans La chambre claire, Roland Barthes définit le punctum d’une photo « ce hasard qui, en elle, me point […] qui part de la scène, comme une flèche, et vient me percer[1] ». Nous retrouvons ici cette photo qui, au premier regard, pourrait être lue comme le cliché d’un ancien édifice provençal pris dans une belle journée d’hiver  par un touriste en vacances ; cependant, elle révèle un élément qui, comme l’écrit Barthes, est un supplément : « c’est ce que j’ajoute à la photo et qui cependant y est déjà[2] ». Ce qui attire le regard n’est pas seulement la tente dans le coin dont la couleur bleue renvoie aux vitrages du bâtiment mais surtout le mot que l’on n’arrive pas à lire mais dont on connaît l’existence, imprimé sur des milliers de tentes identiques : « Quechua ». Barthes aurait peut-être vu cette tente comme un mythe de la vie quotidienne moderne, l’objet symbole de la rapidité – d’ailleurs l’entreprise qui la produit l’a appelée « tente 2 secondes » –, et aussi le symbole, en France, des sans-abri : pendant l’hiver 2006, l’association « Les Enfants de Don Quichotte » avait installé sur les quais de la Seine une centaine de tentes pour sensibiliser la population à propos de la situation des SDF, action répétée à nouveau en 2014 par d’autres organismes.

Si l’on essaie pour un moment d’oublier l’association entre le mot « Quechua » et les articles de sport, on redécouvre l’une des langues les plus anciennes au monde, composée de nombreux dialectes et parlée par plus de dix millions de personnes en Amérique du Sud. Depuis cinq siècles – c’est-à-dire depuis la conquête espagnole du Pérou et les discriminations subies par la suite –, la culture quechua essaie d’affirmer son patrimoine linguistique et son identité. Si, avec le choix du  mot « Quechua », la célèbre marque française veut inviter les aventuriers européens à rêver des voyages exotiques, dans cette photo le mot devient la métaphore du sans abri. On ne connait ni le nom ni le visage de la personne qui se blottit sous la tente bleue, de ce corps invisible dans l’errance. Son identité est remplacée par celle d’un peuple à la recherche d’une reconnaissance.

Le voyageur qui, un jour d’hiver, a pris cette photo, nous transmets l’effet de réel typique de tous les clichés mais nous emmène en même temps vers un « hors-champ », vers une absence qui ne cesse de hanter notre regard.

Elena Bonelli

[1] R. Barthes, La chambre claire, Œuvres Complètes, Tome III, Paris, Seuil, p. 1126

[2] Ibid., p. 1147

quechua_seine

©D.R.

2/ Déshabiter

Le livre de la Genèse (Gn. 18, 1) dessine Abraham au seuil de sa tente et le commentateur Rachi explique qu’il était là pour accueillir d’éventuels arrivants. Habiter ne doit pas mener à l’isolement.

En décembre dernier, un enthousiasme généralisé se répandit qui célébrait, non sans parfois une touche d’ironie, la coïncidence de Noël et de la fête juive de Hanouka. Or, lorsque la contingence chronologique nous offre la rencontre de deux dates ritualisées, n’est-il pas important de lui attribuer une signification, et non de simplement la saluer ou s’en amuser ?

Par exemple celle-ci, inspirée des récits fondateurs des deux festivités : l’Evangile contant la naissance de Jésus dans un abri inattendu et le Talmud le miracle de l’inauguration inespérée du Temple de Jérusalem. Au-delà des variations culturelles sur le solstice d’hiver qui jouent évidemment leur rôle narratif, dans les deux cas, la légende met de l’avant la nécessité d’une demeure première pour suggérer un vivre-ensemble, pour que se produise « la naissance latente du monde », comme le dit Emmanuel Lévinas dans Totalité et infini.

Un lieu pour habiter, habiter pour créer un lieu, la possibilité de l’échange et du partage. Autour de nous, ils sont des milliers à en être privés. La migration, c’est d’abord la privation de la demeure. Au départ, certes, mais il ne devrait pas en être de même à l’arrivée. Notre responsabilité et notre mémoire sont engagées. S’il est une sainteté du temps, elle ne doit pas être fixée chronologiquement mais surgir de l’action.

René Char attribue au poète une triple tâche désaliénante : « En poésie, on n’habite que le lieu que l’on quitte, on ne crée que l’œuvre dont on se détache, on n’obtient la durée qu’en détruisant le temps » (cité par H. Meschonnic, Célébration de la poésie, 2001, p. 80). Leçon éthique : apprendre à déshabiter. Pour que l’autre puisse habiter auprès de nous. Des migrants et des sans-abris meurent cet hiver parce qu’ils n’habitent que sur cette terre. Cela ne suffit pas. Pourquoi le texte biblique ou le texte littéraire resteraient-ils lettres mortes?

Alexis Nuselovici (Nouss)

 

« Ça coûte combien, un migrant ? »

Chaire EXIL ET MIGRATIONS

Séminaire mensuel

 

picasso-le-mendiant-ou-le-vieux-juif-1903

Lundi 30 janvier, 18h-20h

Le France, 190 Avenue de France, 75013 Paris

Salle du conseil B

Xavier Chojnicki, économiste, Université de Lille 3

« Ça coûte combien, un migrant ? »

Il est couramment admis dans le débat que la France ferait face à une véritable pression migratoire, que l’immigration constituerait une cause des pressions à la baisse sur les salaires des français, que les immigrés déroberaient l’emploi des français et qu’ils profiteraient massivement de notre protection sociale généreuse. Et pourtant, face à ces a priori, l’immigration est loin d’être évaluée par les économistes comme un fardeau pour les économies d’accueil. L’ambition de cette conférence est de rendre accessible et discuter les résultats des travaux des économistes sur chacune de ces assertions.

X.C.

La chose échouée et l’Atopie rouge

 

Éliane Chiron

La chose échouée et l’Atopie rouge

objetflottant

Une chair d’animal dépouillé de sa peau : voilà ce que l’Atlantique pousse au rivage ; on croit deviner, blottis les uns contre les autres, comme effrayés, ici des poumons ayant cessé de respirer mais que l’air ferait encore flotter, là d’improbables organes gonflés, foie, estomac, viscères. Ça ne fait pas un corps, mais une chose innommable qui vient s’échouer à mes pieds. Le temps d’une photo, et le reflux emporte au large ce que je n’ai su identifier, auquel s’ajoute un instant, comme se retournant vers moi, un masque avalé par un remous. La chair et l’eau mêlées sont du même gris, irisées d’acier comme une lame qui m’enfonce cette vision dans le corps.

Il est sept heures du matin en janvier sur cette plage sauvage de Sainte-Marie au nord-est de la Martinique. Pas une plage de carte postale comme au sud, côté Caraïbe. Je ne suis pas là par hasard mais dans un lieu hanté par la poésie et la littérature nées de l’esclavage, des sévices, de la mort, de la révolte ; dans ce nord battu par l’Atlantique, où s’abattent les pluies, au pied de la Montagne Pelée dont l’éruption en 1902 détruisit Saint-Pierre. Dans ce nord-est où je suis sont nés deux grands poètes, Édouard Glissant à Sainte-Marie, Aimé Césaire à Basse-Pointe. Je prépare un colloque et une exposition dans le Centre d’art de Fonds Saint-Jacques, l’ancienne sucrerie du Père Labat, sur la commune de Sainte-Marie. Tout près de là son merveilleux cimetière tout blanc.

Dans la purgerie de la sucrerie, j’exposerai deux images numériques de trois mètres de haut, symétriques, nommées Atopies rouges, pendues à la charpente, réalisées à partir d’une photo de moi enfant riant en train de grimper à une corde attachée à un arbre. En haut de chaque panneau, il y aura, disposée ciel en bas, la plage vendéenne de Luzéronde. Puis comme allant de soi avec cette enfant, dans le bas de l’image, j’intègrerai la photo du cadavre échoué sur le rivage martiniquais. Nulle trace du trouble éprouvé sur la plage dans ces images qui se balanceront au gré des courants d’air. Travaillés à l’ordinateur, mer et sable mouillé muteront en étoffe d’apparat, somptueuse, la chose échouée lovée dans la soie pourpre de son secret, dont la petite fille, au-dessus, se délivre joyeusement sous nos yeux.

atopie-rouge

Mais quel secret ? J’ai pu penser que le morceau de chair flottant était le revenant de tous ces morts jetés à la mer lors des effroyables transports d’esclaves à fond de cale depuis l’Afrique. C’était cela aussi bien sûr. Mais l’art peut-il s’approprier la tragédie des autres ? La compassion ne suffisait pas à me rendre si proche ce morceau de chair animale lui aussi rejeté à l’eau. Un peu de l’expérience de mes images, de ce qui les fondait, devait s’y cacher… Seule cette double Atopie rouge m’apprendra que ce qui en  émerge est une expérience singulière de l’exil. Et qu’il a fallu être de l’autre côté de l’Atlantique, avec un décalage de fuseau horaire et de climat, pour donner une forme à ce que j’ai éprouvé sans le comprendre dans l’instant.

L’exil serait ici une composante indissoluble de l’art,  où l’objet échoué transporte son lieu avec lui[1]. Il s’agit de « l’expérience exilique aboutie » selon Alexis Nouss, qui conjoint lieu de départ et lieu d’arrivée[2].» L’artiste ne se dit pas : « je suis de quelque part mais ce quelque part, je peux le retrouver partout », mais plutôt : ce quelque part, je peux le recréer n’importe où. Cependant, si les blessures de la migration « sont d’autant plus douloureuses qu’elles n’ont pas le droit de s’exprimer », l’œuvre d’art en revanche a le pouvoir de les faire muter, d’exprimer leur secret comme une mutation biologique s’exprime. Non pas entre les deux rives mais flottant « par-delà les deux rives. ».

atopie-rouge-2

Cet objet un instant échoué, puis mutant en image numérique, participerait de l’exil intérieur, jeté à la vue de tous, qui échappe aussitôt à l’artiste. Juridiquement parlant, quand une œuvre est sortie de l’atelier pour être exposée, elle ne lui appartient plus en propre. Alors l’artiste ne peut être blessé par « la perte du sens du lieu. » L’expérience artistique (ce qu’on fait mais qu’on n’a pas) serait transmissible d’une façon singulière, toujours énigmatique. Je ne saurais dire ce que transporte cette chair apportée par la mer. Ce n’est pas l’objet échoué que nous transmet l’Atopie rouge, mais l’expérience de la rencontre étrange et fugace sur une plage déserte de Sainte-Marie, d’un lieu intérieur et liquide transporté par un cadavre flottant. Au point que la tâche la plus urgente a été de l’adjoindre à la photo scannée de la petite fille que mon corps adulte abrite, grimpant à une corde lisse, « suspendue » n’importe où sous un ciel atlantique.

Il manque une scène à cette histoire. Pendant que j’écris ces dernières lignes, il est 15h 30 à Paris, ce 23 juin 2016 étouffant de chaleur tropicale. Porté par le vent du sud à travers la porte-fenêtre ouverte sur mon balcon en plein ciel, le glas sonne au clocher de l’église du carrefour Alésia tout proche. C’est ainsi que selon Robert Filliou, « l’art est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art ».

 

 

http://www.elianechiron.com/

 

 

[1] Voir Éliane Chiron, L’énigme du visible. Poïétique des arts visuels, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 271.

[2] Alexis Nouss, La condition de l’exilé, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2015, p. 29. Les citations qui suivent sont tirées de cet ouvrage.

Salon LITTEXIL du 11 décembre 2016

littexil

LITTEXIL, premier salon consacré aux littératures de l’exil et des migrations, organisé par la Chaire “Exil et migrations” en partenariat avec le Musée de l’Histoire de l’Immigration, s’est tenu le dimanche 11 décembre dernier sur la Péniche Antipode à Paris.

Les esprits gentiment facétieux eurent tôt fait de remarquer l’à-propos d’une embarcation pour accueillir la manifestation, compte tenu de la situation migratoire actuelle.

Au demeurant, les migrants d’aujourd’hui furent directement évoquées lors de l’intervention de deux responsables d’associations aux migrants, « Ptit Dej à Flandre » (https://www.facebook.com/ptitdejaflandre) à Paris et « AGIR » (www.collectifagir.com) dans la région PACA.

Sur le sujet, en effet, la littérature ne pouvait se contenter de dépaysement et d’exotisme. On l’entendit clairement lors des deux tables rondes (« Migrations/ lorsque les sciences humaines prennent les chemins de la création » et « Dire l’exil au féminin : les pouvoirs de la littérature ») dont les échanges mirent au jour l’impératif pour tout geste artistique en rapport de refléter l’opacité du vécu migratoire et non de rendre compte d’une quelconque véracité dolente trop facilement oubliée.

 

Programme:  flyer-littexil

Voir sous peu l’intégralité des débats sur ce site.

 

 

Programmation du premier trimestre 2017

Chaire EXIL ET MIGRATIONS

Séminaire

Programmation du premier trimestre 2017

 

Lundi 30 janvier, 18h-20h

Le France, 190 Avenue de France, 75013 Paris

Xavier Chojnicki, économiste, Université de Lille 3

« Ça coûte combien, un migrant ? »

Il est couramment admis dans le débat que la France ferait face à une véritable pression migratoire, que l’immigration constituerait une cause des pressions à la baisse sur les salaires des français, que les immigrés déroberaient l’emploi des français et qu’ils profiteraient massivement de notre protection sociale généreuse. Et pourtant, face à ces a priori, l’immigration est loin d’être évaluée par les économistes comme un fardeau pour les économies d’accueil. L’ambition de cette conférence est de rendre accessible et discuter les résultats des travaux des économistes sur chacune de ces assertions.

X.C.

 

Mardi 14 février, 18h

Fondation Calouste Gulbenkian, 39 Boulevard de La Tour-Maubourg, 75007 Paris

Alexis Nuselovici (Nouss)

« L’exil et la migration aujourd’hui. Rupture ou continuité ? »

Conférence inaugurale de la Chaire « Exil et migrations »

 

Lundi 27 mars, 18h-20h

Le France, 190 Avenue de France, 75013 Paris

« Sauver les migrants, est-ce de l’humanitaire ? »

Table ronde autour de l’action de SOS Méditerranée

Peut-on dire que l’intervention auprès des migrants, avec pour cas d’étude leur sauvetage en mer tel que pratiqué par SOS Méditerranée, relève de l’humanitaire, quelle qu’en soit la définition (juridique, philosophique ou militante) ? Certes, il s’agit d’une action dont les motifs dépassent le politique pour se nourrir de l’éthique mais elle ne revendique pas un droit d’ingérence territoriale puisqu’elle est effectuée dans les eaux internationales et, en outre, elle vise tous les migrants, sans distinction d’appartenance nationale ou ethnique. La table ronde réunira responsables de l’association SOS Méditerranée et chercheurs spécialistes de la question de l’humanitaire.

A.N.

cropped-14542555_1737668809817598_938547076059910864_o.jpg

LITTEXIL

LITTEXIL
Première édition
Dimanche 11 décembre 2016, 14h – 18h
Péniche Antipode, Paris

LITTEXIL est un salon annuel consacré aux littératures de l’exil et de la migration, organisé par la Chaire « Exil et migration » du Collège d’études mondiales de la Fondation Maison des sciences de l’homme en partenariat avec le Musée de l’histoire de l’immigration.

Parce que, de l’Ulysse d’Homère à celui de Joyce, l’histoire de la littérature ne cesse de raconter l’exil ; parce que, depuis Ovide, Dante et Victor Hugo, l’histoire de la littérature est peuplée d’auteurs exilés ; parce que les migrants d’aujourd’hui doivent produire des récits afin d’obtenir refuge et des témoignages afin d’exister, il importe de dédier un espace consacré à l’expression littéraire comme dispositif autre d’appréhension et de compréhension des mouvements migratoires.
A. N.

La manifestation est constituée de deux volets :
o Une exposition d’ouvrages littéraires liés aux thèmes de l’exil et de la migration, offrant des séances de signature, de 14h a 18h.

o Une succession de deux tables rondes :


15h à 16h
Migrations : Lorsque les sciences humaines prennent les chemins de la création. Avec Michel Agier (anthropologue), Tacadit Yacine (anthropologue), Jérémy Beschon (metteur en scène), Laetitia Tura (réalisatrice). Modération : Marie Poinsot.

17h à 18h
Dire l’exil au féminin: les pouvoirs de la littérature. Avec Luba Jurgenson (Au lieu du péril), Patrick Bard (Poussières d’exil), Ana Paula Coutinho (U. de Porto). Modération : Alexis Nouss.

Affiche LITTEXIL (1)

L’exil et ses ressources. Une discussion entre Moyen Age et époque contemporaine

img_0114

L’exil et ses ressources. Une discussion entre Moyen Age et époque contemporaine

IHA, Paris, 1er décembre 2016

www.dhi-paris.fr

Loin de cette période à la culture monolithique dont les siècles suivants ont dressé un portrait, le Moyen Age affiche une forte complexité dont précisément les siècles porteurs de la modernité se sont éloignés par une rationalisation croissante. Notre présent retrouve un foisonnement idéologique qu’il est sans doute commode de baptiser post-modernisme. Une telle considération vient justifier l’idée a la base de l’atelier qui s’est tenu le 1er décembre à Paris à l’Institut historique allemand à l’initiative d’un groupe de recherche du Kunsthistorisches Institut de Florence et auquel la Chaire « Exil et migrations » était conviée : comparer les deux époques quant a la question de l’exil en invitant a débattre médiévistes et contemporanéistes.

Outre les apports spécifiques des différents débats, j’en ai tiré deux conclusions majeures. La première – une confirmation – touche a la force subversive de la notion d’exil sur le plan épistémologique. Avec évidence pour la période moderne, poser la question de l’exil oblige à redéfinir tout le cadre conceptuel dans lequel la question est posée (territoire, nation, appartenance, etc.), raison pour laquelle les politiques actuelles d’accueil des migrants, fondées sur des principes obsolètes, s’avèrent inefficaces. Il en est de même pour le Moyen Age.

La seconde prend sa valeur dans le cadre des pratiques d’accompagnement des migrants aujourd’hui, celles et ceux provenant d’Afrique. L’ensemble des croyances, des conceptions et des représentations qui façonnent leur rapport au monde, ce qu’on peut appeler un paysage mental, révèle de profondes divergences avec les visions du monde occidentales. Un exemple, crucial pour ce qui nous occupe : la conception de la spatialité. Interroger un paysage mental tel qu’il a pu se développer au Moyen Age et dont les paramètres ne sont plus reconduits suscite un exercice de déplacement, d’extériorisation, d’ « estrangement » qui permet de comprendre et d’admettre la coexistence de systèmes de penser et de sentir différents.

J’ai aussi recueilli une information lexicale savoureuse, et même craquante : en Italie, les spécialistes de Dante sont appelés des « dantistes ».

 

A. N.

Plus d’analyses sur l’atelier à venir.

img_0123 img_0133

Les trois pendules

Les trois pendulesecran-varietes

Sur une étagère, trois pendules dont deux sont de facture banale et l’une reproduit la silhouette architecturale d’une mosquée. L’image provient du film Avec le frère de mon père mort de Mélodie Tabita (France, 2016) et est prise dans le petit appartement de l’oncle de la réalisatrice qui a accepté de la guider dans un voyage-pèlerinage sur la terre marocaine où naquit son père.

Les trois pendules affichent la même heure que je suppose correspondre au moment du tournage. D’où une interrogation sur leur utilité, sauf une possible fonction affective à laquelle le spectateur n’a pas accès. Trois rapports au temps, ai-je d’emblée pensé. Pour être précis, trois objets au rôle allégorique : représenter respectivement le passé, le présent et le futur. Mais, dans ce cas-là, pourquoi la même heure ? Vague souvenir philosophique : parce que seul le présent pouvant créer un sens du passé et du futur, il les contient donc. Banal. Il me faudra une idée plus convaincante.

Le film de Mélodie Tabita passait le 26 novembre au Cinéma « Les Variétés » à Marseille dans le cadre du festival « Rencontres internationales Sciences et cinémas », organisé par l’association Polly Maggoo (voir : https://pollymaggoo.org/sciences-et-cinema/). Il était projeté avec deux autres documentaires qui le suivirent –  Figura de Katarzyna Gondek (Pologne/Belgique, 2015) et Ils me laissent l’exil – les objets de Laetitia Tura (France, 2016) – au sein d’une session intitulée « Des objets et des hommes » (voir le descriptif ci-dessous).

Invité à prendre la parole au titre de mon travail sur exil et migrations, j’esquissai l’idée d’une trame commune aux trois œuvres sous la forme d’une réflexion sur les territoires en déplacement. La migration nous apprendrait à accepter que la territorialité ne soit pas statique et que sa mobilité soit une donnée inhérente à notre présence au monde. Plus encore que des individus, ce sont des territoires (culturels, linguistiques, psychiques…) qui se déplacent dans la migration et c’est cet aspect qui est insupportable aux intolérants de tous bords. L’analyse s’impose en regardant les images que Laetitia Tura consacre à l’enregistrement des objets (une casquette, une Renault miniature,…) offerts à la « Galerie des dons » du Musée de l’histoire de l’immigration. Son film détaille la technicité autour de la réception des objets qu’apportent les familles désireuses de témoigner du parcours exilique d’un de leurs membres. Répertoriés, manipulés avec des gants blancs, placés dans des cartons puis sur les étagères d’une réserve, ces objets n’errent pas dans un quelconque non-lieu mais au contraire sont reçus dans un hyper-lieu fortement circonscrit et signalisé. Plus exactement, le territoire, du vivant, qu’ils représentent par métonymie est accueilli dans un autre territoire, celui du musée.

Le deuxième film projeté narre l’itinéraire d’une statue de 14 mètres de haut du Pape Jean-Paul II, montée dans un hangar puis transportée dans une campagne polonaise. Tout en blanc, y compris le visage souriant, en habits sacerdotaux, les bras écartés, il ne cesse de bénir ou d’embrasser, sous le soleil ou sous la neige. De là me vint une seconde ligne de réflexion, axée sur la dimension temporelle et non plus spatiale. La figure papale, symbolique et géante, est figée dans un présent qui n’a de valeur que par rapport au passé. Le temps sacré des religions : un événement fondateur a eu lieu qui a ouvert une brèche créant une temporalité autre, parallèle au temps profane, dans laquelle le croyant peut se réfugier ou se recueillir.

Il en est de même pour le migrant. Son présent ne parvient pas à l’ancrer. Il n’existe que d’être l’après d’un avant. Une maison sert à la permanente reconduction d’un présent, à sa garantie, à sa sécurité, à l’accueil du passé et à la préparation du futur. Pour le migrant, sans maison, le présent ne peut déployer ses ailes et voler du passé au futur. Il importe d’apporter aux exilés qui parviennent sur nos rives des présents, temporaires, fugitifs, précaires mais des présents qui leur permettent de regarder leur passé et non d’y être soumis et d’apercevoir un futur qui ne soit pas que pur fantasme. Un migrant du film de Laetitia Tura tient entre ses doigts une carte-mémoire : son contenu est effacé et pourtant elle semble fonder son identité, lui assurer un présent.

Et les trois pendules peuvent aussi se comprendre dans cette perspective. L’oncle de Mélodie Tabita, lourd d’un passé blessé par l’aller-retour de son frère, désormais enterré au Maroc, lâche soudain à sa nièce : « C’est l’enfer ». Personnage d’une extraordinaire présence à l’écran, il n’est plus simple guide, il devient Virgile. Par cette parole terrible, il entend  exprimer sa détresse devant l’écart qui la sépare, elle la Française, des siens au Maroc, de cette coupure familiale que la coupure des langues vient symboliser. Les trois pendules, marquant l’heure en harmonie, auraient alors pour rôle de conjurer l’enfer, de réparer les césures du temps en en recousant la trame.

Un savoir de type scientifique sur la migration ? Le festival « Rencontres internationales Sciences et cinémas » 2016, réunissant ces trois films en une même session, a su montrer qu’il n’en est rien et que la seule appréhension du phénomène exilique passe par une posture d’indétermination ou d’indécision dont l’œuvre artistique nous apprend qu’elle possède une rigueur si on sait en faire un usage interprétatif. Qu’importe que les pendules soient à l’heure tant qu’elles indiquent la même heure.

Alexis Nuselovici (Nouss)

 

Avec le frère de mon père mort de Mélodie Tabita France, documentaire, 2016, 48’

Je suis partie au Maroc, sol de mon père mort pour voir l’endroit où il est né. J’ai filmé pas à pas cette route, ce douloureux face à face avec ce pays, ces gens, cette famille si proche et si lointaine. C’est en cherchant à regarder ce qui m’était étranger comme si ça m’était familier et ce qui m’était familier comme si ça m’était étranger que j’ai pu tenir et tenir le cadre.

Figura de Katarzyna Gondek Pologne/Belgique, documentaire, 2015, 8’51

Conte surréel sur la création des mythologies, du kitsch religieux, et sur le désir de grandeur. Qui est notre protagoniste ? La plus grande miniature religieuse du monde. Une gigantesque contradiction.

Ils me laissent l’exil – les objets de Lætitia Tura France, documentaire, 2016, 28’39

Une carte mémoire, un imperméable, une voiture miniature, un béret : objets sauvés de la traversée des frontières, objets donnés ou oubliés. C’est aussi dans ces fragiles traces qu’une transmission de la mémoire de l’exil est possible. ” Ils me laissent l’exil ” raconte ce passage de l’objet familial en possible objet patrimonial. Car l’enjeu est bien de faire une pleine place dans le récit national aux mémoires minorisées, reléguées dans l’arrière-cour de l’Histoire.

C’est quoi, un réfugié ? – Karen Akoka

Karen Akoka, sociologue, maîtresse de conférence en science politique à l’Université Paris-Ouest Nanterre et chercheuse à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP),  interviendra au séminaire de la chaire le mardi 15 novembre, à 18h (salle 1).

« Le terme parapluie “migrant” ne suffit désormais plus pour décrire l’horreur qui se déroule en mer Méditerranée » déclarait Al Jezzirah, dans le courant du mois d’aout 2015. En annonçant qu’il n’utiliserait désormais plus que le mot « réfugié » dans le contexte méditerranéen, le média qatari a rappelé l’importance de la lutte sémantique, mais aussi la légitimité du réfugié par rapport au migrant.
L’asile et la figure du réfugié sont en effet généralement associés à l’idée d’un impératif moral, humanitaire ou juridique, apolitique dont il s’agirait de préserver la neutralité, par opposition à la figure du migrant et à l’immigration dont la subordination au politique apparaît plus légitime.

Mais revenant sur les différentes définitions du réfugié qui se sont succédées dans le temps et dans l’espace et plus encore sur les différentes applications de la définition contemporaine du réfugié donnée par la Convention de Genève, on s’aperçoit pourtant à quel point il ne peut être question de neutralité politique. La mise en perspective historique permet ainsi de montrer combien sont discutables les oppositions contemporaines entre d’un côté le réfugié pour qui les causes de l’exil seraient politiques mais a qui le statut serait accordé indépendamment de toutes considérations de cet ordre; et de l’autre le migrant pour qui les raisons du départ seraient économiques et l’accès au séjour subordonné à des considérations politiques.